10 éco-réflexes sur 100

avatar

le 14 septembre 2010

Je passe au vert


© D.R.

Ce n’est pas si compliqué que ça que de devenir éco-responsable, il faut juste que ça devienne un automatisme chez moi. Parce que ma planète et moi, on le vaut bien !

Il suffit de tous petits changements dans ma vie à mon petit niveau pour trouver des solutions aux problèmes environnementaux, et notamment à ce fichu réchauffement climatique. Je vous rassure, le baba cool qui se les gèle dans son chalet, c’est d’une autre époque. Être écolo aujourd’hui, c’est tendance, ça reste confort et c’est économique ! Alors, plus la peine d’attendre des plombes pour transformer mon sweet home en éco-logis, puisque c’est là tout de même que je passe le meilleur de mon temps. Je suis le guide ludique d’Edwige Bernanoce, « 100 petits pas pour un monde meilleur » et zou je deviens éco-responsable tout en me faisant plaisir et même en économisant de l’argent !

Déjà 10 réflexes sur 100 à acquérir
Bon nul n’est parfait et ce n’est pas du jour au lendemain que je vais devenir tout « vert ». N’empêche que voici déjà une dizaine de réflexes écolos évoqués dans ce petit bouquin qui vont m’apporter plus de bien-être.
1. Je ne suis pas prête à laisser tomber mon iPod et mes voyages en avion, en revanche, je peux éviter les sacs en plastique en ayant toujours sur moi un sac à courses et recycler au maximum. Allez ça fait déjà une idée qu’elle est bonne !
2. Me passer de télévision, même pas en rêve, cependant en l’éteignant plutôt qu’en la laissant en veille, ainsi que tous les appareils ménagers de la maison, j’économise de l’énergie et de quoi me payer un resto pour deux, soit entre 15 € et 50 € par an. Par ici la tirelire !
3. Ne plus baigner dans le luxe, vous n’y pensez pas ! En revanche me faire creuser une piscine naturelle et nager au milieu de plantes aquatiques sans risquer d’avoir les yeux de lapin rouge, ça oui je veux, d’autant que là dessus y a même pas de taxe foncière, ni d’obligation légale d’en protéger l’accès (maintenant s’il y a des enfants dans les parages, je prends les mesures de protection nécessaires). Merci la planète !
4. Ne plus manger de viande du tout, non, je ne suis pas végétarienne, mais en manger moins a du bon tant pour mon porte-monnaie que pour ma santé, limitant ainsi les risques de maladies cardio-vasculaires, l’obésité, le diabète et certains cancers. Alors quand j’en mange, c’est pour me régaler, aussi je fais attention à son origine et préfère la viande labellisée AB ou Label Rouge, meilleur en goût et qui ne réduit pas de 50 % à la cuisson. Miam !
5. Quitte à me chouchouter, je le fais bien, je le fais Bio comme 1 Française sur 3, j’évite ainsi les produits de beauté classiques bourrés d’ingrédients de synthèse, cancérigènes et perturbateurs hormonaux. De même, je limite les produits jetables qui encombrent les poubelles (fini le rasoir en plastoc jetable ou alors je le prends en fibre de maïs) et les produits électriques consommateurs d’énergie (euh, le sèche-cheveux, je garde !). D’ailleurs, j’en fais quoi de ces déchets électriques ?
6. Sans jouer les babas cool, j’utilise de plus en plus de produits naturels pour prendre soin de moi, l’objectif étant ma santé avant tout (je dis non au cancer). Aussi, je me shampooingne écolo, j’utilise des teintures cheveux végétales sans silicone, colorants ni paraben, ainsi que des déodorants naturels sans sel d’aluminium, des dentifrices biologiques, et je vais jusqu’à me oindre de produits solaires sans paraben, huile minérale ou silicone… Et c’est pas pour autant qu’ils sont plus chers que les produits tradi !
7. Quand je vois rouge, j’vois vert… Fini les tampons et serviettes périodiques qui encombrent les canalisations et dont les dangers du choc toxique n’ont pas encore été éliminés… Vive la coupe menstruelle ! Y a déjà pas mal de copines qui en sont addicts ! Avec les économies engendrées, je vais m’acheter du maquillage bio.
8. Dans la salle de bain comme à table, je refuse les produits fabriqués avec de l’huile de palme, culture qui entraîne une déforestation massive et qui de surcroît attaque mes artères.
9. Côté nurserie, je fais la chasse aux phtalates, plastifiants des polycarbonates souples qui peuvent causer des dommages au foie, aux reins et au système hormonal qui règle la croissance et le développement de l’enfant. On les trouve dans les hochets, jouets de dentition… De même, le PVC des biberons lorsqu’il est chauffé libère du bisphénol A qui contamine le lait des bébés et est capable de perturber le système hormonal et provoquer des tumeurs des glandes mammaires, cancers de la prostate, puberté précoce, fausse couches, anomalies des spermatozoïdes, diabète, aberration du système immunitaire, troubles du comportement, aberrations chromosomiques. Bon, mieux vaut éviter tout cela à mes petits bouts.
Retour aux sources… au biberon en verre de mon enfance.
10. Bon et puis, toujours sans la jouer baba cool, un petit dîner aux chandelles ça ravive la flamme de notre amour… et mine de rien je fais des économies d’électricité. Ah l’amour !

« 100 petits pas pour un monde meilleur » par Edwige Bernanoce, 10,90 €, Leducs Éditions. En librairie.
Ces icônes sont des liens vers des sites de partage de signet sociaux où les lecteurs peuvent partager et découvrir de nouveaux liens.
  • Twitter
  • Facebook
  • email
mots-clefs :

Laissez un commentaire