La viande de porc

avatar

le 7 avril 2010

Je me nourris bien


© D.R.

Il est important d’en connaître l’origine. Gage de saveur et de bien-être.

Les éleveurs français de la Filière porcine française se mobilisent pour faire apprécier leur savoir-faire, gage de qualité pour nous consommateurs.

À votre santé !
La viande n’est pas toujours bien perçue, impure selon certaines religions (respect), trop graisse pour certains, pas assez chic pour d’autre, accessible en tout cas et c’est tant mieux, car elle régale toute la famille.
La viande de porc est riche en protéines (18 à 25%), elle contient des vitamine du groupe B réputées pour augmenter le métabolisme, aider à maintenir une peau saine et des muscles en bonne santé, améliorent les fonctions immunitaires et nerveuses, préviennent de l’anémie et combattent les symptômes causés par le stress, la dépression et certaines maladies cardio-vasculaires. En revanche, elle est pauvre en fer soit 1 mg pour 100 g, au contraire de la viande rouge.

À table
Parmi les morceaux de première catégorie, la longe est la plus maigre avec 3% de lipides à déguster généralement rôtie. Les côtes premières et secondes sont nettement plus grasses contenant de 15 à 25% de lipides et l’échine 30 % (ce qui donne le moelleux à ce morceau) et s’apprécient généralement poêlées (ôter la graisse avant de servir) et l’été au barbecue ou à la plancha. Viennent ensuite les pièces dites de deuxième et troisième catégorie comme le jambonneau, le plat de côtes, la palette ou la rouelle qui demandent des cuissons plus longues, « mijotées aux petits oignons ». Petite précision, la graisse de porc, Un s’enlève avant et après cuisson, Deux la graisse de porc est plus riche en acides gras insaturés qu’en acides gras saturés, Trois bien moins grasse que le bœuf et l’agneau, elle est moins « dangereuse » pour les artères.

On ne sait pas tout
A la fin des années 1990, alors que nous étions confrontés à la crise sanitaire de l’ESB, les producteurs de porcs français ont jugé nécessaire d’identifier et de tracer la production, de l’élevage à la distribution, en mettant en place des contrôles par des organismes extérieurs. La marque VPF a ainsi été clairement imposée dans les rayons de viande fraîche dès 1998 et représente aujourd’hui 90 % de la viande porcine sans qu’elle soit forcément estampillée VPF, rappelle Jean-Michel Serres, éleveur de porcs dans la Somme, Président de la Fédération Nationale Porcine (FNP). La Filière Porcine française représente entre 70 et 80 000 emplois, pour environ 15 000 élevages, recouvrant également les activités de transformation (70 % de la production étant transformée) et de distribution.

La viande porcine bénéficie aujourd’hui d’un estampillage VPF, garantissant sa qualité, rappelle Jean-Michel Serres, éleveur de porcs dans la Somme et Président de la FNP.

Dans le contexte de crise que nous vivons depuis 2007, nous avons jugé nécessaire de redonner un nouveau souffle à VPF en mettant en avant le savoir-faire des éleveurs en France, les contraintes qui pèsent sur eux et le patrimoine gastronomique français, à la fois diversifié et de grande qualité. Notre volonté est bien de faire en sorte que les produits qui approvisionnement la gastronomie soient identifiés VPF, garant et réinstaurent une proximité avec le consommateur.

Gare à la traçabilité
Nous sommes aujourd’hui confrontés à une vive concurrence de la part d’autres pays européens, 500 000 tonnes étant importées chaque année, au premier rang desquels figurent l’Allemagne où le coût de la main d’œuvre s’avère bien plus bas, le Danemark, les Pays-Bas et l’Espagne. Cela dit, la France en exporte quelque 600 000 tonnes par an. « Mais le développement durable passe par la sauvegarde de nos paysans, premiers défenseurs des pratiques durables et de l’aménagement de nos paysages ruraux » clame Thierry Meyer, Représentant des entreprises de la viande. Ajouté à cela que, les producteurs français respectent des normes très strictes en matière d’hygiène, de traçabilité et de qualité. « Nos conditions d’élevage sont les plus exigeantes tant en matière d’alimentation que de respect de l’environnement. 98% de nos élevages sont des exploitations familiales, cette exigence se retrouve dans notre marque VPF » renchérit Jacques Lemaître, le président fondateur de VPF. « Choisir VPF doit devenir un acte d’achat citoyen » précise Jacques Lemaître, le président fondateur de VPF.
« Y a pas à tortiller, ils sont forts nos éleveurs de porcs ! »

Pour ceux qui aiment la viande, excellente pour la santé, lire également tout bon la volaille et Dimanche c’est poulet, ainsi que pour ses accros et fin gourmets, Le caviar de bœuf et Le veau de la Pentecôte (pour bientôt) et pour digérer tout cela Crise et attitude alimentaire car ce n’est pas parce que c’est la crise qu’il faut moins bien manger. Voilà, je vous ai tout servi sur un plateau, bon appétit !

Ces icônes sont des liens vers des sites de partage de signet sociaux où les lecteurs peuvent partager et découvrir de nouveaux liens.
  • Twitter
  • Facebook
  • email
mots-clefs :

10 commentaires

  1. avatar Pawpaw
    Dimanche 20 mars 2011 à 15:24

    Outre les protéines, la vitamine B et les acides gras insaturés, le porc est bien riche en antibiotiques, hormones, souffrance d’avoir été confiné et considéré comme une marchandise et traité comme telle pendant sa courte et pénible vie.
    « 98% de nos élevages sont des exploitations familiales » : en effet, ce sont des grandes familles d’élevage intensif.
    Merci de cet article édifiant et pas du tout rémunéré par l’industrie porcine.
    Voici une vraie source d’informations, le site l214.com/cochons

  2. avatar Véronique Geoffroy
    Lundi 21 mars 2011 à 9:30

    Chacun vend sa sauce. Et non je n’ai pas été rémunérée par l’industrie porcine, tout comme vous ne m’avez payé pour placer votre site…

  3. avatar sandra
    Vendredi 17 juin 2011 à 18:10

    Excat véronique..c’est quoi cet article !!! édifiant de mensonges..pour en savoir plus sur comment on éleve les cochons en France,
    http://paillassonlecochon.com/

    y a que les éleveurs qui dorment tranquilles pour pouvoir traiter les animaux de la sorte ??

  4. avatar Véronique Geoffroy
    Lundi 20 juin 2011 à 8:31

    Sympa de vous soucier des cochons, il en faut des gens comme vous, moi je me bats plutôt pour les enfants, qu’ils aient de quoi se nourrir, se vêtir, être scolarisé, avoir un avenir, un minimum en tout cas, chacun ses priorités… http://www.zazakelysambatra.asso.fr

  5. avatar Pawpaw
    Lundi 20 juin 2011 à 13:30

    Décidément, c’est de mieux en mieux ici. Alors, il n’y a que votre cause, que la cause des humains qui soit légitime ? On a le droit de maltraiter les autres espèces, ou du moins ce n’est pas si grave, secondaire ?
    Pourtant l’intitulé de votre site, c’est « bien-être pour moi, ma famille, mes amis, mes animaux et ma planète. » Faut-il y voir également un ordre de priorité ?

  6. avatar Véronique Geoffroy
    Lundi 20 juin 2011 à 14:46

    holà les filles on s’emballe bien là !
    Alors 1, j’ai fait un article de NUTRITION sur l’apport nutritif de la viande de porc, comme je parle du poisson, des fruits et légumes, etc !
    2, tous les éleveurs de porc comme les éleveurs de poules, de crevettes, les agriculteurs, etc (les politiques aussi) ne sont pas « méchants/mauvais », mais OUI je suis d’accord qu’il y en a qu’on devrait mettre derrière les barreaux pour pourrir notre Terre et nous tous qui vivons dessus.
    Peace, SVP !!!

  7. avatar sandra
    Lundi 20 juin 2011 à 15:05

    Moi je suis PEACE Véronique..C’est vous qui avez commencé à dire que l’humain était plus important que les animaux..je répète encore, les humains sont aussi des animaux, parce que certains ont tendance à l’oublier ;-)

    on dit juste que l’article est critiquable car 90% des élevages en France sont de type intensifs, ou batterie (puisque certains pensent qu’il y a une différence entre ces deux termes.). Donc finalement pas beaucoup d’éleveurs soucieux du bien être de leurs animaux !!! Bien qu’on veuille nous le faire croire ça aussi !!! Tout ça financé avec notre argent, même si vous n’êtes pas d’accord avec les méthodes !!
    Et concernant la nutrition vous omettez une donnée non négligeable, les quantités d’antibiotiques qu’on donne à ces animaux pour qu’ils survivent dans ces conditions, sans cela vous comprenez bien qu’ils seraient tous décimés en peu de temps !!!
    Donc la chaîne alimentaire étant ce qu’elle est, ces antibiotiques on les ingère aussi !! concernant le porc bio, et bien traité, c’est moins de 5% en France..Bon courage pour le trouver !!!
    Perso j’ai arrêté de consommer toute chair animale pour des raisons d’éthique car les méthodes d’élevages sont cruelles et barbares, que ce soit pour la viande comme pour le lait. Et les végétaux nous apportent bien plus que ce que l’on veut nous faire croire, particulièrement l’industrie de la viande et laitière..Bizarre non ???
    le pire c’est que les pays en développement copient notre modèle !!!!!!!

  8. avatar Véronique Geoffroy
    Lundi 20 juin 2011 à 15:43

    OKAY Sandra

  9. avatar Pawpaw
    Lundi 20 juin 2011 à 16:13

    Désolée, avec un peu de recul je réalise en effet que le ton de mes commentaires est bien plus agressif que ce que j’aurai souhaité.

    Ma colère ne vous concerne pas directement.
    Le fait est que le contraste est énorme entre le discours officiel (photos de fermiers épanouis portant un porcelet en extérieur) et la réalité.

    j’ai simplement trouvé regrettable que votre article relaie -entre autres informations- un message global de désinformation sur les conditions de production de la viande porcine en France.

  10. avatar Véronique Geoffroy
    Lundi 4 juillet 2011 à 11:54

    j’adore les petits cochons, au même titre que les chiens, les chats, les furets…
    http://www.jemesensbien.fr/2009/animaux/cote-d-amour-pour-le-cochon/

Laissez un commentaire