Acidulé, le pourpier

avatar

le 10 août 2011

Je me nourris bien


© Véronique Geoffroy

Une salade ancienne à cultiver au jardin à condition qu’il soit planté sous le soleil exactement.

J’ai découvert le pourpier dans le jardin de mon père au pays basque, j’ai cru que c’était une mauvaise herbe, assez décorative d’ailleurs, car elle poussait de façon disséminée parmi ses plantations.

pourpier

le pourpier de mon Pater

C’est parce qu’il suffit de quelques feuilles de pourpier pour agrémenter une salade, une omelette ou une soupe et lui conférer non seulement un léger goût acidulé mais surtout un maximum d’énergie, m’a expliqué mon pater.

Étonnant, le pourpier
En effet le pourpier est riche en antioxydants, l’un des ingrédients phare du fameux régime crétois, et pour cause il pousse en Crète de nombreuses variétés de pourpiers. De même le pourpier contient beaucoup d’Oméga-3 (de 0,2 g à 0,38 g pour 100 g), pas mal de vitamines C (22 mg/100 g), de la provitamine A et des vitamines du groupe B, ainsi que des minéraux indispensables à notre bien-être comme le calcium (79 mg/100g), le fer (2,7 mg/100 g), le sodium, le potassium (450 mg/100 g) et le magnésium (106 mg/100 g).
Bon et puis il ne fait pas grossir, vu qu’il contient 90 % d’eau, soit 20 kcalories pour une poignée de 100 g.
J’ai bien dit quelques feuilles, pas la peine de faire une salade 100% pourpier, déjà parce qu’il est assez fort en goût, ensuite car il est laxatif et diurétique. Au moins, il aide au transit.

Le conseil du Pater : À planter au printemps au jardin ou dans un bac sur le balcon, puisqu’il en suffit de peu, pour en consommer de mai à la fin de l’été. Merci du conseil Papa.

Ces icônes sont des liens vers des sites de partage de signet sociaux où les lecteurs peuvent partager et découvrir de nouveaux liens.
  • Twitter
  • Facebook
  • email
mots-clefs :

Laissez un commentaire