Les fruits exotiques

avatar

le 5 janvier 2010

Je me nourris bien


© D.R.

Pour se ressourcer et affronter l’hiver gavé de vitamines.

Rien de tel pour se gorger de vitamines que les fruits exotiques hauts en goûts et en couleurs, vecteurs de chaleur et de bonne humeur.
Tous sont riches en vitamine C et en carotènes, et sont diététiques, notamment la mangue, la goyave, les fruits de la passion et le litchi. Plus courants, la banane riche en glucides et en fibres mais pauvre en vitamine C, et l’ananas.

Ah l’ananas ! Son nom brésilien signifie « parfum ». Il apporte 12% de glucides et 50 calories aux 100 g, des fibres, de la vitamine C et aussi A, B et E, des carotènes. Non il ne fait pas maigrir, en revanche, il contient de la broméline enzyme réputée pour l’assimilation des protéines, il facilite donc la digestion de viande de bœuf. Certes il n’est pas facile à préparer, mais quel plaisir gustatif !

Le bon plan : Toujours sous la main prêt à régaler, les fruits exotiques surgelés cueillis à maturité dans les pays d’Amérique Centrale et Latine (Pérou, Costa Rica, Guatemala) et congelés très rapidement afin de conserver toutes leurs qualités gustatives et nutritionnelles.
Sympa les sachets de fruits (sans épluchage compliqué) de billes de melon vert ou de melon Cantaloupe, les morceaux de mangue, d’ananas ou de papaye, ou carrément le cocktail de 5 fruits tropicaux, sans sucres ajoutés, sans conservateur ni additif. En plus c’est assez économique, car dans un sachet d’ananas par exemple il y a trois ananas frais en morceaux.

De 4 € à 5 € le sachet de 1 kg, Simplot. Chez Leclerc et Monoprix.

Lire également toutes les vertus de la patate douce, de la banane nutritive, des agrumes vitaminés, du gingembre aphrodisiaque, de l’ananas exotique et diététique et le kaki méconnu et surtout le « Babette Book » pour savoir quoi faire de tous ces produits exotiques.

Ces icônes sont des liens vers des sites de partage de signet sociaux où les lecteurs peuvent partager et découvrir de nouveaux liens.
  • Twitter
  • Facebook
  • email
mots-clefs :

Laissez un commentaire