Je jardine sans pesticides

avatar

le 15 juillet 2012

Je passe au vert


© D.R.

Quelques trucs pour limiter l’usage de pesticides…

On l’a vu les pesticides sont reconnus comme étant délétères 99 % des substances des pesticides se dispersant dans l’environnement. LIRE l’article Dangereux les pesticides ? J’apprends donc à jardiner autrement, autrement dit à penser et aménager différemment mon jardin. Mode d’emploi…

> Je privilégie les méthodes douces pour éviter l’usage des pesticides
• Bien choisir les variétés de plantes cultivées en fonction du climat, du sol et de leur résistance ou leur tolérance aux parasites et maladies.
• Instaurer une rotation des cultures d’une année à l’autre pour rompre le cycle de développement des parasites.
• Couvrir le sol d’un paillage végétal ou minéral pour éviter le développement des mauvaises herbes au pied des plantations isolées.
• Utiliser du compost ou du fumier pour fertiliser le sol.
L’eau bouillante enlève les herbes indésirables et la cendre empêche les limaces de progresser.
• Désherber manuellement, thermiquement, avec un outil adapté (binette, sarcloir) ou en appliquant de l’eau chaude portée à une température de 90°C.

> Essentielle la biodiversité pour favoriser le développement d’un équilibre entre les espèces et permettre d’accueillir les prédateurs naturels des ravageurs…
• Aménager des coins de végétation dense, des mares, des bandes florales diversifiées ou enherbées, des haies fleuries, des massifs champêtres, des plantes vivaces
• Créer des abris plus spécifiques types refuge pour les insectes, fagots de bois, nichoirs et mangeoires pour les batraciens et les oiseaux, petits murets en pierre pour les lézards.

> Je favorise les associations de cultures pour éloigner les ravageurs…
• La tanaisie vulgaire (petite fleur jaune) utilisée en infusion, ainsi que les oignons et les poireaux, éloignent les mouches des carottes.
• Le fenouil éloigne les pucerons,
• La sauge éloigne les chenilles des choux,
• Le brocoli éloigne les mouches des concombres.
> Utiles les auxiliaires biologiques, alliés naturels du jardinier…
• Le hérisson et le carabe doré mangent les limaces
• La larve de coccinelle se régale de pucerons
• Le ver de terre ou lombric creuse des petites galeries, participant ainsi à l’aération du sol et à son drainage, facilitant l’installation des racines et l’alimentation en eau des plantes.

LIRE également Je fais mon compost et les secrets d’un jardin biologique

Pour en savoir plus : www.jardiner-autrement.fr
Ces icônes sont des liens vers des sites de partage de signet sociaux où les lecteurs peuvent partager et découvrir de nouveaux liens.
  • Twitter
  • Facebook
  • email
mots-clefs :

Laissez un commentaire