117 % Tabagisme

Alerte, le tabagisme touche de plus en plus les jeunes, les femmes et les jeunes filles !

Le tabagisme présente la catastrophe sanitaire la plus terrible qu’aient connu nos sociétés modernes, qui reste avec 73 000 morts chaque année la première cause de mortalité évitable dans notre pays. Le pire c’est que Les nouveaux médias et un nouveau créneau commercial s’unissent dans une combinaison mortelle pour menacer la santé publique, en recourant à des tactiques de marketing créatives entraînant une hausse spectaculaire de la prévalence du tabagisme chez les femmes et les jeunes filles de la Région européenne de l’OMS (22 % des femmes).stop tabac
Si la consommation du tabac était jadis un phénomène principalement masculin, les disparités existant à cet égard entre les hommes et les femmes adultes sont désormais infimes dans nos pays européens. Le recours aux nouvelles formes de communication permettant de les atteindre plus facilement.

Le tabagisme touche le plus en plus les femmes
« Le comportement tabagique s’installant généralement au cours de l’adolescence, l’industrie du tabac profite sans scrupule de la vulnérabilité des jeunes filles de ce groupe d’âge et les cible pour en faire de nouveaux accrocs à la cigarette. Il existe un conflit d’intérêts total entre la santé de la population et une industrie du tabac qui considère les taux peu élevés de tabagisme comme un créneau commercial » déclare Zsuzsanna Jakab, directrice régionale de l’O.M.S. pour l’Europe.

Pourquoi les femmes fument-elles ?
Alors que le pouvoir d’achat des jeunes filles et des femmes augmente, l’industrie du tabac représente la cigarette comme un symbole d’autonomisation, d’émancipation et de réussite. C’est le cas en Fédération de Russie où la prévalence du tabagisme chez les femmes croît rapidement, et les campagnes de marketing ciblant ce groupe de population ont donnée des résultats probants. Par exemple, en 2009, le numéro d’un célèbre magazine international destiné à un public féminin affichait la photo d’une femme tenant une cigarette avec un homme derrière elle. Cette campagne a permis d’accroître le tabagisme de 117 % chez les femmes, et la marque en question est aussi devenue la préférée des consommatrices du pays.
Dans certains pays, la sensibilisation aux risques sanitaires liés au tabagisme est insuffisante, et le caractère addictif des produits du tabac est sous-estimé. Les prix sont peu élevés, les ventes illégales sont courantes, et l’utilisation de termes trompeurs tels que « light », « mild », « douces » et « légères » est autorisée.

Les nouvelles formes de communication
> Réseaux sociaux, etc. Bien que la publicité pour le tabac soit aujourd’hui légalement interdite dans un grand nombre de pays, les vides juridiques favorisent le recours à d’autres techniques de marketing. Les fabricants de tabac utilisent le marketing viral, les réseaux sociaux et la téléphonie mobile, et exploitent l’énorme potentiel représenté par les nouveaux médias pour cibler les enfants et les jeunes. En France, selon une étude, les trois quarts des films produits au niveau national mettent en vedette un personnage qui fume.
> Glamour. Le paquet de cigarettes ainsi que les cigarettes spéciales (dites « light », « légères », « slim » ou « super-slim ») sont utilisés pour séduire les consommatrices. Par exemple, quelque 100 marques spécialement destinées aux femmes ont été introduites sur le marché russe, et leur promotion s’associe au symbole du glamour et de la mode. Des paquets de cigarettes ressemblant à des bâtons de rouge à lèvres sont commercialisés dans l’ensemble de la Région, du Royaume-Uni, de l’Espagne et de l’Italie à la Pologne et à la Suède, en passant par la République tchèque.
> Sponsoring. L’industrie du tabac continue de recourir à des formes assez libres de promotion, comme le parrainage des sports et des arts, la distribution de produits gratuits, les sites Web commerciaux et la publicité par placement de produits dans les films et à la télévision. Un grand nombre de pays ne possèdent pas de législation relative à la

La cigarette est associée au symbole du glamour et de la mode

publicité sur l’Internet ou au point de vente, ou à l’extension de la marque (brand stretching, soit l’utilisation d’une marque célèbre pour commercialiser une catégorie différente de produits).

Un combat déloyal
Forts de leur puissance économique et de leur mécanisme de pression et de marketing, les fabricants de tabac combattent activement l’adoption de nouvelles mesures de réglementation :
En continuant à remettre en question la nature nocive du tabac, malgré les très nombreuses preuves scientifiques.
En exagérant les retombées économiques de l’industrie du tabac, notamment en Europe orientale.
En utilisant les groupes de pression pour dissimuler leurs actions.
En faisant pression sur les responsables politiques et d’autres intervenants afin de bloquer les mesures anti tabac.
En finançant les études scientifiques et la recherche, notamment les universités.
Une étude publiée dans le British Medical Journal a permis de révéler que, sur 90 universités et 16 facultés de médecine d’un pays d’Amérique du Nord, 39 % avaient bénéficié de dons de l’industrie du tabac. En outre, 4 des 16 facultés de médecine avaient reçu des bourses de recherche.

Un combat engagé
La Convention-cadre de l’OMS pour la lutte anti tabac est le premier traité international négocié sous l’égide de l’O.M.S. Élaborée en raison de la mondialisation de l’épidémie de tabagisme, elle a été ratifiée par 174 pays.
« La Convention-cadre de l’OMS constitue le meilleur moyen de limiter les activités de l’industrie du tabac au niveau mondial, et prend désormais en compte ces nouvelles méthodes de marketing. Elle ferme les portes autrement grandes ouvertes à une industrie qui profite de la commercialisation d’un produit particulièrement nocif, et dont les méthodes de marketing sont aussi toxiques que les produits qu’elle vend, » explique Gauden Galea, directeur de la Division des maladies non transmissibles et de la promotion de la santé à l’OMS/Europe.

Si ce n’est pas écœurant tout ça, si ça donne pas envie d’arrêter de tremper dans leurs combines ! STOP TABAC et vive l’indépendance ! LIRE également Le désir de ne plus fumer et des Clopinettes pour s’en sortir

Source : OMS, Organisation Mondiale de la Santé, Bureau régional de l’Europe.
Ces icônes sont des liens vers des sites de partage de signet sociaux où les lecteurs peuvent partager et découvrir de nouveaux liens.
  • Twitter
  • Facebook
  • email
mots-clefs :

Laissez un commentaire