Le chewing-gum pour maigrir

avatar

le 3 août 2009

Je me nourris bien


© Joyce Benoist

Excellent anti-stress, il régule l’appétit et assainit la bouche. Bullons !

Outre l’hygiène bucco-dentaire qu’il apporte, le chewing-gum pourrait avoir des bénéfices dans la régulation du comportement alimentaire et notamment du grignotage ou des crises compulsives. L’étude Hetherington et Coll (2006) a démontré chez des volontaires sains que mâcher du chewing-gum sans sucres après le repas réduirait la charge calorique de la collation suivante de 8%, la sensation de faim après un repas remontant plus lentement chez les mâcheurs.
Mastication et activité cérébrale
Il est établit que mâcher un chewing-gum s’accompagne d’une augmentation significative du débit sanguin dans le cerveau (de 20% par rapport au repos), notamment dans les aires régulatrices et associatives du cerveau profond, qui contrôlent de nombreuses fonctions en lien avec l’émotionnel. Ainsi, des chercheurs ont exposés des volontaires à des bruits stressants avec ou sans chewing-gum, et ont observé une activation de l’amygdale et du cortex préfontal médian, zones sensibles au stress. Ce qui est intéressant à noter est la diminution de l’activation de ces zones lorsque les volontaires mâchaient du chewing-gum, laissant à penser que la mastication de chewing-gum aurait un effet sur la régulation de stress.
Modulateur de faim
Selon le Docteur Dominique Boute, spécialisé en Endocrinologie, Diabétologie et Nutrition, le mécanisme passe par deux éléments. Le plaisir d’une confiserie sucrée est toujours un moment de détente et de réconfort qui par un phénomène que l’on appelle l’alliesthésie négative diminue l’envie de manger sucré. Un chewing-gum sans sucres apporte 5 kcal donc une quantité négligeable. De plus l’impact du fait de mâcher un aliment solide a un effet sur la satiété plus important que les liquides, mâcher étant un élément important de la régulation du comportement alimentaire.
Sans sucres et sans reproches
En octobre 2008, Freedent a dévoilé  le programme Gum is Good™ de Wrigley, fruit de 25 années de recherche, mis en place pour accompagner les consommateurs au-delà de l’hygiène bucco-dentaire et faire connaître les autres bénéfices santé du chewing-gum et notamment le bénéfice « coup de pouce anti-grignotage ». Le chewing-gum sans sucres Freedent s’intègre parfaitement dans une démarche de gestion du poids car il influence l’activité cérébrale, permet un retour plus lent de la sensation de faim après un repas et réduit globalement l’envie de sucré et l’apport énergétique. Évidemment, il ne remplace pas un repas. Allez bullons !
Lire également Excellent le chewing-gum pour arrêter de fumer

Ces icônes sont des liens vers des sites de partage de signet sociaux où les lecteurs peuvent partager et découvrir de nouveaux liens.
  • Twitter
  • Facebook
  • email
mots-clefs :

2 commentaires

  1. avatar nad
    Mardi 4 août 2009 à 10:33

    Résultat: mon ado de 16 ans, qui mâche toute la journée des chewing-gum sans sucre pour ne pas grossir, n’a en effet plus faim au moment des repas, ne mange presque plus rien et pèse 18 kilos de moins que les cm de sa taille (57kg pour 1.75m). Elle vient de faire un malaise hypotensionnel, 9 detension.
    POurtant personne ne fait le régime chez nous et la bouffe est plutôt recettes conviviales… MERCI FREEDENT!!!

  2. avatar zoé
    Samedi 2 avril 2011 à 19:58

    hahaha la blague… si votre fille ne mange pas et n’a plus faim à table, c’est parce qu’elle est anorexique !!! Le chewing gum est juste un prétexte qu’elle donne à son corps pour lui faire croire qu’elle mange quelque chose ou justement pour éviter de craquer sur de la nourriture, ou pour couper sa faim…. C’est pas à cause des freedent qu’elle mange pas, c’est parce qu’elle est malade !!! nuance

Laissez un commentaire