Un lit bio

avatar

le 13 octobre 2008

Je passe au vert


© Hastens

Dormir dans de « bio draps » me garantit un sommeil naturel.

Je passe un tiers de ma vie à dormir, autant que ce soit dans un bon lit, primordial pour me ressourcer.
Comment je sais que c’est un bon lit pour moi ?
Un bon lit se fait oublier quand on y est tout simplement bien allongé, que l’on s’y réveille frais et dispo. Il doit être comme transparent, me donner l’impression de flotter sur un nuage. Pour cela je dois le tester, au moins 30 minutes en position allongée.
J’ai l’impression de couler ! C’est que le matelas est trop mou. De rester à la surface ! C’est qu’il est trop ferme. Ah là, je me sens bien ! Ok, c’est le bon.
Idéal le lit naturel !
Crin de cheval, laine et lin, rien de tel pour qu’un lit respire, évacue l’humidité comme ça se passe dans la nature, tout simplement.
En effet, les fils creux du crin de cheval renferment un système de ventilation transportant l’humidité presqu’instantanément. Essentiel pour un lit où la chaleur corporelle se transforme souvent en humidité.
Le coton évacue la sueur et l’humidité de l’air. Or la sueur composée à 98 % d’eau ne s’évapore que si le matelas et le linge de lit respirent.
Le rembourrage en laine vierge apporte au lit une climatisation naturelle par sa capacité à réchauffer ou à rafraîchir, assurant un sommeil confortable.
Le lin, une des plantes les plus anciennement cultivées pour sa résistance, son élasticité et sa grande capacité d’absorption, s’utilise sous, entre et parfois sur les ressorts, prévenant la formation d’électricité statique.

Ces icônes sont des liens vers des sites de partage de signet sociaux où les lecteurs peuvent partager et découvrir de nouveaux liens.
  • Twitter
  • Facebook
  • email
mots-clefs :

Laissez un commentaire