Paris-Londres à vélo !

avatar

le 25 octobre 2009

Je m’active


© D.R.

Un itinéraire vert en cours d’aménagement. À suivre…

Véritable alternative à la voiture « l’Avenue Verte Paris/Londres » est une de ces initiatives visant à promouvoir le tourisme vert et rural par des modes de déplacements doux et « propres », nous réconciliant avec Dame Planète et mine de rien avec également notre santé et notre porte-monnaie.
Dès 2012, un tracé provisoire de l’itinéraire Paris/Londres prendra forme sur des voies existantes en attendant les réalisations d’aménagements spécifiques.
Une reconversion environnementale de site
Il s’agit au départ de l’ancienne voie ferroviaire Forges-les-Eaux/Heathfield (Grande Bretagne) via la ligne de ferries Transmanche Dieppe/Newhaven, intégrée à un axe de développement ouest/est du tourisme vert à l’échelle européenne. L’itinéraire emprunte des voies qui ont été réaménagées ainsi que d’autres totalement nouvelles.
Cette piste cyclable (en croquis) reliera les deux capitales selon un tracé qui nous fera explorer notre douce France et le pays d’Albion, nous dévoilant au passage des villages plein de charme ponctués de monuments historiques et de châteaux de contes de fée.
Le tracé
En Angleterre, elle part de Londres, traverse les comtés de l’East Sussex et du Kent avec les villes de Redhill, Crawley, Heathfield et Newhaven soit un tracé de 150 km. La traversée de la Manche se fait en ferry entre Dieppe et Newhaven grâce aux Transmanche Ferries.
En France, L’avenue verte repart de Dieppe continue en traversant Neufchâtel-en-Bray, Forges-les-Eaux et Gournay-en-Bray. Ensuite elle se sépare en deux branches : la première passe à Gisors et à Gasny et Cergy-Pontoise pendant que la seconde traverse Beauvais.
Les deux parcours rejoignent Paris par un tracé de 217 km.
Les cyclistes, les rollers, les piétons, les personnes à mobilité réduite, et à certains endroits les cavaliers, tous peuvent emprunter cet itinéraire dont une grande partie est en site propre.
L’équipement
Tout le long de l’itinéraire, on trouvera des loueurs et des réparateurs de vélos ainsi que des parkings vélos et des aires de repos sont prévus sur le parcours. Tout au long du parcours, des espaces sécurisés de récréations, des activités sportives et pédagogiques sont proposés aussi bien aux populations locales qu’aux cyclotouristes. Des liens entre ces itinéraires et les équipements locaux de transports publics, bus et trains et même aéroports, sont prévus.

Ces icônes sont des liens vers des sites de partage de signet sociaux où les lecteurs peuvent partager et découvrir de nouveaux liens.
  • Twitter
  • Facebook
  • email
mots-clefs :

2 commentaires

  1. avatar ecotourisme
    Vendredi 30 octobre 2009 à 16:29

    J’oubliais : vous connaissez l’eurovélo6 ?
    http://www.voyageons-autrement.com/eurovelo6.html
    « une aventure à vélo « côté fleuves » – de l’Atlantique à la Mer Noire »
    Non, connais pas mais ça donne envie… Véronique

  2. avatar Renard
    Mercredi 27 juin 2012 à 16:27

    Bonjour,

    A quelques jours des Jeux Olympiques de Londres, Didier Marie, président du Département de Seine-Maritime et président de l’Association française pour le développement et la promotion de l’Avenue Verte London-Paris, Bertrand Delanoë, Maire de Paris et Jean-Paul Huchon, président de la Région Ile-de-France ont inauguré le 23 juin 2012 l’Avenue Verte London-Paris sur le Parvis de la Cathédrale Notre-Dame à Paris où se situe le « kilomètre zéro » du parcours.

    Ce tracé de plus de 400 km, décomposé en 1/3 de voies propres et 2/3 de voies partagées, permet de relier deux des capitales les plus emblématiques du monde, Paris et Londres en traversant une grande partie de la Seine-Maritime. Un topo guide et un site internet http://www.avenuevertelondonparis.com détaillent l’intégralité de cette balade exceptionnelle.

    L’Avenue Verte London-Paris est l’œuvre de la mobilisation financière et technique de la Ville de Paris, des Régions Ile-de-France et Haute-Normandie, des Départements de l’Oise, du Val d’Oise, de l’Eure, des Yvelines, de la Seine-Saint-Denis et de la Seine-Maritime.

    Rebecca RENARD

Laissez un commentaire