Vive les conserves

avatar

le 16 février 2009

Je me nourris bien


© UPPIA

Toujours prêtes-à-consommer. Le système D pour rester en forme !

Ce n’est pas parce que je mène une vie de dingue et que je n’ai ni le temps ni l’envie de faire le marché que je ne mange pas de fruits et légumes, et bien d’autres plats mijotés. J’ai mon stock de conserves, malin !
Mise au point par le cuisinier-confiseur champenois Nicolas Appert en 1795, puis validée par Pasteur (d’où le terme pasteurisation), la conserve est d’une qualité sanitaire et nutritionnelle irréprochable.

Saines et fiables. L’absence de toute contamination et de polluants dans les conserves est parfaitement recommandable aux enfants, les petits pots pour bébés en sont l’exemple type. Récoltés à maturité, les fruits et légumes, mis en boîte à peine 2 h plus tard, conservent 70 % de leurs vitamines. Alors que vendus à l’étal, ils végètent souvent de 3 à 5 jours au frigo, perdant toute leur valeur vitaminique. Les conserves de fruits et légumes fournissent environ 25 à 60 % de vitamine C et contiennent entre 20 à 50 % de vitamine B1. De plus, les vitamines A, D, E et K sont peu sensibles aux traitements thermiques sophistiqués.
Quelque soit la saison, le jour et l’heure, les conserves permettent de céder à tous les caprices et toutes les arrivées de copains surprise.
Au top ten des plats cuisinés en conserve : les raviolis, suivis du cassoulet et des lentilles, les sauces garnitures et les plats exotiques (chili con carne, paëlla, couscous). La choucroute n’arrive qu’en huitième position, puis la ratatouille et les quenelles en boîte. En hausse, les conserves de poisson (filet de thon, sardines à l’huile, maquereaux en sauce), ainsi que les salades à base de thon et les tartinables (rillettes de poisson).

Vrai ou faux ?
Qui dit conserve, dit conservateur. Faux. C’est inutile puisque la méthode employée est suffisante (isolation de l’air plus stérilisation à +de100°C). Seul le pâté en nécessite pour conserver sa couleur rose.
Les conserves se consomment sans limite de temps. Vrai. C’est la date limite d’utilisation optimale qui figure dessus, et non de conservation. Dépassée d’un an, les haricots verts perdent leur croquant. Certains produits se bonifient avec le temps comme le cassoulet et les sardines qui gagnent en moelleux.
Il ne faut pas ouvrir une boîte bombée ou cabossée. Vrai. La boîte bombée est signe d’une mauvaise stérilisation. La boîte abîmée risque d’avoir perdu son étanchéité. À jeter.
Les conserves faites maison sont meilleures que les industrielles. Faux. L’industrie utilise des microprocesseurs garantissant une stérilisation à cœur, alors que la ménagère n’a aucun moyen de vérification.
En bocaux de verre, les conserves sont meilleures qu’en boîte métallique. Vrai et faux. Ne sont mises en bocaux que les conserves de haute qualité. Cependant, les vitamines sont sensibles à la lumière, rangez-les dans le noir complet.
Plus d’infos : Uppia (Union interprofessionnelle pour la promotion des industries de la conserve appertisée).

Lire également Conserver la planète

Ces icônes sont des liens vers des sites de partage de signet sociaux où les lecteurs peuvent partager et découvrir de nouveaux liens.
  • Twitter
  • Facebook
  • email
mots-clefs :

Laissez un commentaire