La Chandeleur

avatar

le 2 février 2009

Je me nourris bien


© LeSucre.com

Une coutume qui apporte du bonheur toute l’année. « Fête » sauter les crêpes !

C’est le jour des crêpes que l’on fait tourner dans la poêle, puis sauter sans la faire choir parterre, une pièce d’or dans l’autre main, parce que réussir cette acrobatie porte bonheur, dit le dicton. Pour que l’argent ne manque pas et que les maladies nous épargnent. En tout cas, ça ne fait pas de mal d’y croire par les temps qui courent et ça épate les enfants de voir maman faire sauter les crêpes.

Origines et traditions

Chandelles. La Chandeleur, autrefois se fête le 2 février, soit 40 jours après Noël. Son nom vient du mot « chandelle » car lors de cette fête donnée à l’époque des Romains en l’honneur du dieu Pan, les croyants parcouraient toute la nuit les rues de Rome en agitant des flambeaux. Christianisée en 472 par le pape Gélase 1er, cette fête devint la célébration de la présentation de Jésus au temple illustrée par des processions aux chandelles le jour de la Chandeleur. Chaque Chrétien devait récupérer un cierge à l’église et le ramener chez lui en faisant bien attention à le garder allumé pour être assuré d’une bonne santé toute l’année. Ce cierge béni aurait d’autres pouvoirs. Ainsi, quelques gouttes de sa cire versée sur des œufs à couver en assurent une bonne éclosion. Et aussi que sa flamme protège de la foudre si on l’allume pendant l’orage.

Crêpes. Entre temps, une autre tradition a vu le jour : celle des crêpes qui se rapporte à un mythe lointain selon lequel si on ne faisait pas de crêpes le jour de la Chandeleur, le blé serait carié pour l’année.

Et sous d’or. Enfin, en faisant les crêpes, il faut respecter une autre coutume, celle de la pièce d’or que les paysans tenaient dans la main gauche, tandis qu’ils faisaient sauter la première crêpe avec la main droite. Ensuite, la pièce d’or était enroulée dans la crêpe avant d’être portée en procession par toute la famille jusque dans la chambre où on la déposait en haut de l’armoire jusqu’à l’année suivante. On récupérait alors les débris de la crêpe de l’an passé pour donner la pièce d’or au premier pauvre venu. Si tous ces rites étaient respectés, la famille était assurée d’avoir de l’argent toute l’année.
Donc à la Chandeleur plus que jamais, je concocte ces petits bonheurs sucrés à mes enfants. Pour varier les recettes, je télécharge la Brochure « crêpes, gaufres, beignets » sur LeSucre.com

Lire également Ma recette de crêpes et Des crêpes à table

Ces icônes sont des liens vers des sites de partage de signet sociaux où les lecteurs peuvent partager et découvrir de nouveaux liens.
  • Twitter
  • Facebook
  • email
mots-clefs :

Laissez un commentaire