Je peinturlure écolo

Désormais, il y a plus de Nature dans mon pot de peinture et toujours 18000 teintes.

On n’y pense pas mais la pollution est aussi à la maison, dégoulinant des murs ! Ça va des bois agglomérés contenant des résines et des colles dispersant le formaldéhyde, que l’on retrouve aussi dans les colles des moquettes et les mousses d’isolation. Aux peintures et vernis avec trichloroéthylène, toluène ou benzène, et méfiance, aux produits d’entretien chargés en ammoniac. S’ajoutent à cela les gaz de combustion comme le monoxyde de carbone qui émane des appareils de chauffage.
Alors je me barde de précautions. Haro sur C’est le chimiste hollandais Carl Julius Ferdinand Riep qui inventa en 1888 une peinture à l’huile qui sèche rapidement, qu’il appela « Riepolin ». Rachetée dix ans plus tard, la marque se francise et l’artiste Eugène Vavasseur signe une affiche représentant trois peintres en bâtiment qui colportera la technicité de la marque sur les murs de France et de Navarre… Déjà depuis 2007, la marque a réduit le taux de COV de ses formulations (composés organiques volatiles), des gaz organiques dangereux pour la santé parmi lesquels formaldéhyde, benzène, toluène, alcools, essences minérales et gaz combustibles genre butane et propane sont les COV.

Plus saines et plus faciles d’emploi
En 2010, Ripolin sort de nouvelles peintures sans solvant ni composant toxique, des peintures 100 % à l’eau avec de 70 % à 90 % selon les produits à base de matières naturelles sans aucun dérivé pétrole (talc, craie, kaolin), certifiées NF Environnement.
L’effort réalisé va jusqu’aux nouveaux emballages composés à plus de 70 % de matière recyclée pour les plastiques et avec un minimum de 54 % d’acier recyclé. Pour moi c’est tout bénéfice, car en plus c’est plus léger, le pot de peinture de 2,5 litres Murs et Plafonds est ainsi allégé de 34 %.
Sans oublier pour ce faire, les nouveaux process de fabrication, les usines de production, à 94 % en France et 100 % en Europe, sont certifiées ISO 14001 et elles recyclent 40 % de leurs déchets ; et de logistique aussi, Ripolin a optimiser le nombre de pots par palette, diminué le nombre de camions et les transporteurs sont tous signataires de la charte Objectif CO2 donc engagés dans une démarche de réduction de leurs émissions de CO2.
Oui les peintures nouvelles génération « verte » Ripolin sont toujours aussi décoratives avec 18 000 teintes proposées, et résistantes àl’ intérieur comme à comme l’extérieur ! J’y ai même gagné quant à la facilité d’application, au temps de séchage et à l’absence d’odeur liée habituellement à la glycéro.

Écolo jusqu’au bout du pinceau
Bon à moi d’être écolo. Pour préparer mon mur à peindre, j’utilise bien évidemment des produits et matériaux naturels ou recyclés : bassine en plastique recyclé, gants en latex, éponge naturelle, torchon en coton et produits à base de cristaux de soude… à ben oui !
Pendant les travaux, je ne gaspille pas d’eau, puisqu’il n’est pas utile de nettoyer les pinceaux et outils pendant les quelques jours que ça dure, vu que c’est de la peinture à l’eau ! Le truc c’est de les tremper généreusement dans de la peinture et d’envelopper les pinceaux et rouleaux dans un sac plastique hermétiquement pour les maintenir « au frais », prêt-à-l’emploi le lendemain.

Lire également le Prêt-à-customiser pour rénover meubles et objets en un tour de main.

Ripolin, en vente en grandes surfaces de bricolage. Tél. : 03 22 35 38 89.