J’ai testé le Wu Tao

Un retour à la position fœtale et au moi profond pour mieux rebondir…

Envie de me faire du bien cette année, je m’inscris au Dojo du Centre d’Arts Corporels Génération Tao lancé par Pol Charoy, champion du monde de kung fu wushu en 1983 et Imanou Risselard, instructrice. La séance de wu tao se déroule dans une grande salle lumineuse toute de parquet revêtue.
Assise sur un tabouret les ischios (fessiers) bien posés, je relâche le  dos en l’arrondissant expirant la bouche ouverte, puis en inspirant à fond l’étire vers le plafond de façon à appuyer le plancher pelvien, je fais ça plusieurs fois tout en faisant osciller ma colonne tel le serpent, sentant mes vertèbres se dérouler une à une, les bras pendant de chaque côté. Mine de rien ça masse les espaces intervertébraux, me redonne de la fluidité et rééquiilbre mon système nerveux. La respiration va en s’accentuant au point de friser l’ivresse, puis redescend doucement. Suit un mouvement pour étirer le dos relâché, soulager les lombaires et les cervicales, plus accessible maintenant que le mouvement oscillatoire est acquis.

Toujours assise, j’enchaîne avec un mouvement pulsatoire dans la colonne, allant de droite et de gauche (comme si je collais l’oreille à la porte), toujours accompagné de respiration profonde. Je me sens déjà moins raide, des tensions en moins.
Debout, une main posée sur le diaphragme, l’autre sur le ventre, j’inspire à fond tout en déroulant ma colonne, puis expire et répète plusieurs fois. La respiration implantée, je laisse aller mes bras qui effectuent naturellement comme des cercles dans l’air, comme une embrassade, décontractant mes épaules, bras et pectoraux bourrés de tensions.
Allongée au sol, la tête sur le bras tendu, l’autre devant moi servant d’appui, les pieds l’un sur l’autre, j’enroule ma colonne puis l’étire en glissant sur le parquet 5 fois en respirant très profondément (position fœtus à faire le soir sur le lit pour décontracter la colonne), puis je roule sur le dos tout en m’étirant et je passe de l’autre côté où je reprends ma position fœtale pour le défroisser à son tour…
Bilan de la séance : Pour un premier cours j’ai trouvé ça facile car pas rigide ni didactique, assouplissant et déliant, pas du tout traumatisant, surtout vidant car la respiration est très poussée, tant et si bien que le lendemain et les jours suivants j’ai ressenti des courbatures au niveau du diaphragme et dans toute la partie thoracique. Un point que je devrais développer pour évacuer mon stress. J’ai « travaillé » sur la colonne et sur le bassin dans le relâchement, l’enroulement et l’étirement sollicitant inconsciemment mes abdominaux dans le lien et la souplesse sans les compresser. Je ne suis pas fatiguée au sens de l’effort, mais vidée de tout ce que j’ai éliminé comme tensions.
En pratiquant régulièrement, je peux gagner en souplesse, en amplitude, en musculation profonde et en sérénité. Y a plus qu'à y retourner.
Génération Tao Centre d’Arts Corporels : 144 bd de la Villette, Paris 19e. Tél. : 01 42 40 48 30.
Lire également Bienfaisant le wu tao