L’Empire des Cryosense

La météo hivernale nous conduirait à rêver parfois d’un feu de cheminée, d’un envol vers les tropiques, d’un matin sans gelées ou d’un grand cru extatique. Une certaine tendance masochiste, alimentée par les conseils d’une amie, sadique mais néanmoins de confiance, me conduisait récemment à tester une expérience d’allure extrême : la cryothérapie corps entier (CCE). La mission : tenir à -196° pendant 3 minutes, en sous-vêtements. Vu que je n’ai pas de cheminée, mais le goût du défi, je me rendis donc chez Pole, institut spécialisé dans les traitements par le froid, pour prendre le contrepied de ce que le bon sens me soufflait. Courage, gelons.

img_0114

L’idée d’entrer dans un caisson capitonné de 2 mètres de haut en slip, d’où seule la tête dépasse, pour me laisser refroidir à ce point, pour bénéficier des éventuels bienfaits de cette thérapie apparue au Japon dans les années 70 et très en vogue en Pologne, était tellement saugrenue qu’elle suffisait à titiller ma curiosité. Et puis 3 minutes, c’est si vite passé, à peine le temps de compter jusqu’à 180 en cadence et c’est fini. Alors autant ne pas tergiverser et entrer dans le vif du sujet.

L’installation en cabine est rapide. Après avoir vérifié que je ne présentais pas de contre-indications, Steve, l’entraineur sportif rompu à cette pratique qui tient les manettes, m’expliquait tout le déroulé. Un petit tour de chauffe à +80° pour se détendre, et ensuite on plonge vers le grand froid. C’est parti. Mes sens me jouent des tours car je ne sens rien, ou plutôt rien de comparable à ce que j’avais imaginé (mourir). Comparé à un bain de mer à 12° C (entrainement breton), la Cryothérapie Corps Entier, c’est du kouign amann. On y entre comme dans du beurre mou. Au bout d’1’30’’, il faut le dire, je ressens un certain engourdissement dans les mollets puis les bras. Le moment passe très vite. Une fois sortie, mon corps anesthésié se réchauffe rapidement, je sautille comme un pinson, fraiche comme un gardon. Le secret ? « Le froid sec, sans humidité ni vent, est supportable au-delà de ce qu’on aurait imaginé », me dit-on.

Comparé à un bain de mer à 12° C (entrainement breton), la Cryothérapie Corps Entier, c’est du kouign amann. On y entre comme dans du beurre mou.

Le grand bluff vient des effets immédiats ressentis. La décharge d’endorphines est puissante, je flotte comme après une bonne séance de course à pied, sans effort ni sueur. On peut se rhabiller et reprendre une vie normale. Les trois jeunes gars venus tester en groupe après moi ne s’y sont pas trompés : j’ai pu entendre leurs rires nerveux (ah les premières fois) et observer leurs mines réjouies ensuite. L’un d’eux avouait ne pas avoir pu tenir sans la présence de ses copains, mais c’était la trouille qui parlait. Depuis l’ouverture du centre il y a six mois, seules deux personnes ont renoncé qui sont revenues ensuite.

Tout le monde se presse pour tester la cryo !

Tout le monde se presse pour tester la cryo !

 

Au départ réservée aux sportifs (rééducation, préparation ou récupération) et utilisée dans les centres d’entrainement professionnels (Insep, Clairefontaine…), la Cryothérapie Corps Entier provoque un stress thermique qui enclenche des réactions physiologiques bénéfiques. Augmentation de la production d’endorphines aux effets antalgiques, sécrétion d’ACTH anti-inflammatoire, de cortisol, d’adrénaline tonicardiaque et de testostérone chez les hommes. Ses effets positifs sont reconnus dans le traitement de certaines affections (maladies rhumatismales, neurologiques), en dermatologie (psoriasis, eczéma atopique) et pour des troubles plus courants (sommeil, stress, migraine, asthme, fatigue chronique). En France, on trouve désormais quelques centres qui proposent cette technique à une clientèle variée, parfois adressée par leurs médecin ou kiné. Pour le soulagement des douleurs, l’amélioration des performances sportives ou le bien-être général, chacun y trouve son compte.

Il y a mille et une façons de se faire du bien et de déclencher la sécrétion d’endorphines. Le sport demande des efforts, les drogues nuisent à la santé, la masturbation rend sourd et le sexe tarifé prend du temps. Pour toutes ces raisons, la Cryothérapie Corps Entier a un très bon rendement : en 3 minutes, c’est fini, sans effort ni effets secondaires délétères. Le plus étonnant est la durée de l’effet relaxant et du bien-être enveloppant, qui perdure jusqu’au soir, sans coup de barre. Le lendemain, j’en ressentais toujours les effets.

Il vous en coûtera 50 € la séance, attention, certain.es deviennent accro.
La Cryothérapie Corps Entier (CCE) ne doit pas être confondue avec la cryolipolyse (en savoir plus) qui est une technique utilisant également le froid mais de façon localisée et prolongée pour l’amincissement, le drainage, la réduction de la cellulite rebelle ainsi qu’en soins visage. Polecryo le propose aussi.

 

Pole, l’institut de cryothérapie. 13 rue du Bouloi 75001 Paris. polecryo.fr.
Cryo corps entier et Cryo localisée pour l’amincissement.
Ces icônes sont des liens vers des sites de partage de signet sociaux où les lecteurs peuvent partager et découvrir de nouveaux liens.
  • Twitter
  • Facebook
  • email

6 commentaires

  1. avatar Hind
    Vendredi 9 décembre 2016 à 23:18

    Super ton article Blanche. J’aurai jamais imaginé qu’une telle cure existe! Qui aurait pensé qu’un être humain pourra supporter une température aussi basse telle que N2 liquide. Bisous

  2. avatar Blanche
    Samedi 10 décembre 2016 à 1:31

    Merci Hind ! Nous avons des ressources insoupçonnées, à nous de les explorer ;)

  3. avatar Amandine
    Dimanche 11 décembre 2016 à 22:32

    Mais ça ferait presque envie !

  4. avatar Blanche
    Lundi 12 décembre 2016 à 10:49

    Franchement, je pense y retourner !

  5. avatar Marianne Le Rouzo
    Lundi 12 décembre 2016 à 16:33

    Merci Blanche pour ton expérience qui donne très envie, la preuve je viens de prendre rv pour jeudi prochain!!
    Fais-nous encore découvrir de belles expériences comme celles-ci. Du bien-être à pas très cher tout de même .

  6. avatar Blanche
    Lundi 12 décembre 2016 à 16:39

    Merci Marianne, dis-nous ce que tu en auras pensé ! Quant à moi, je suis en mode cobaye, à votre service Mesdames.

Laissez un commentaire