Tennis, recyclons !

avatar

le 3 août 2010

Je passe au vert


© D.R.

Cet été plus que jamais je joue au tennis… et je pense à recycler mes balles, un éco-geste et une action solidaire !

14 millions de petites balles jaunes sont vendues chaque année en France. Ces balles ont une durée de vie de 1 à 2 ans, sans compter que le nombre de balles utilisées en compétitions s’élève à 7 millions ! Une bonne raison pour laquelle la Fédération Française de Tennis a lancé en 2008 l’opération « Balle Jaune », une nouvelle filière de recyclage.

Le but ?
Collecter les balles usagées, les stocker et les broyer. L’opération de broyage consiste à extraire le noyau de caoutchouc de la feutrine de la balle pour broyer et recueillir des granulats. Au final, ce projet permet de parrainer des associations sportives en les dotant de sols sportifs, sachant qu’il faut compter 40 000 balles pour fabriquer un sol sportif de 100m².

Un exemple à suivre
L’an dernier, la ligue de Seine-et-Marne de Tennis a été la première à concrétiser cette opération en dotant le centre de rééducation d’enfants handicapés de Voisenon d’un sol sportif de plus de 100m², créé à partir de balles recyclées. De multiples réalisations ont suivi depuis, le but étant à chaque fois de soutenir une association locale. En 2010, grâce aux clubs de la FFT, 600 000 balles ont déjà été collectées, de quoi réaliser entre 5 et 7 sols sportifs.

Bonne idée ! Je fais comment ?
Pour participer à cette opération, il suffit de déposer les balles usagées dans des containers en carton installés dans les ligues, comités départementaux et clubs, l’objectif étant d’atteindre 40 000 balles au minimum par ligue (près de 19 ligues sont dores et déjà engagées).

Source : Néoplanète.
Retrouvons d’autres éco-gestes sur le site Néoplanète : www.neo-planete.com
Plus d’informations auprès de la Fédération Française de Tennis. Voir le site : www.fft.fr
Ces icônes sont des liens vers des sites de partage de signet sociaux où les lecteurs peuvent partager et découvrir de nouveaux liens.
  • Twitter
  • Facebook
  • email
mots-clefs :

Laissez un commentaire