Canoé ou kayak ?

avatar

le 9 juillet 2010

Je m’active


© Sevylor

Zen et captivantes les vacances au fil de l’eau, plus ou moins sportives.

Ce sont deux sports qui se ressemblent beaucoup mais se distingue par la pagaie utilisée et par la position dans le bateau. En tout cas, c’est le mode de navigation côtière le plus écolo et sportif ! Oui vive le canoë-kayak cet été !

Dans le canoë, d’origine nord-américaine, creusé dans des troncs, dont se servaient les Indiens pour pêcher, chasser et transporter leurs marchandises, j’utilise une pagaie simple et suis à genoux.
Dans le kayak, qui vient des Esquimaux, fabriqué alors à partir d’une armature de bois sur laquelle était tendues des peaux de phoque et qui servait à aller à la pêche, je manie une pagaie double et suis assise.
Cela dit c’est bien aussi le canoë-kayak, dont les plus anciens vestiges archéologiques datent d’environ 6000 ans, pas de jaloux ! D’ailleurs, au 19e siècle, il enthousiasma l’Écossais Mac Grégor en visite en Amérique du Nord qui le fit ensuite connaître en Europe. C’est ainsi que fut créé en 1865 le premier club de canoë-kayak en Écosse, puis le deuxième en France en 1888… pour être reconnu comme sport olympique en 1936.

Ohé du bateau, quoi de neuf ?
Polyvalent, le canoë-kayak et particulièrement gonflable, lancé dans les années 70 par Sevylor permet d’aborder les eaux vives comme l’eau calme du lac, de se balader le long d’une rivière comme en mer. Deux modèles, deux mode e vacances différents à retenir :
Familial. Fiable, spacieux et confortable, le canoë-kayak gonflable « Le Hudson » idéal pour les balades en familles à 3, équipé de sièges à dossier pour caler le dos.
Sportif. Nouveau cette année, le kayak bi-place gonflable « Le Pacific », autorisé à s’écarter des côtés, conçu pour partir en longue expédition en mer. Sa structure thermo-bandage, en toile enduite en PVC Sevytex, son design ultra profilé, son étrave rigide et sa longueur (5 mètres) à la tenue similaire à celle des kayak rigide, optimisent la glisse sur les vagues et permettent de bien garder le cap. IL est équipé de deux sièges ajustables, d’une ligne de vie et d’un compartiment étanche, d’un sac de transport à roulettes (car il pèse 23 kg), d’une pompe et d’un manomètre.

499 €, Le Hudson et 999,90 € Le Pacific, Sevylor. En vente chez Intersport, Sport 2000, Décathlon et dans les magasins spécialisés. Tél. : 04 78 86 88 94. Voir le site : www.sevylor-europe.com
Ces icônes sont des liens vers des sites de partage de signet sociaux où les lecteurs peuvent partager et découvrir de nouveaux liens.
  • Twitter
  • Facebook
  • email
mots-clefs :

2 commentaires

  1. avatar andy
    Dimanche 18 juillet 2010 à 13:48

    les « indiens  » utilisaient des canoés en écorce de bouleau , ou en peaux de mamipheres tendus sur des structures en bois , les africains et les iliens par contre utilisaient effectivement d e scanoés , appelés pirogues et fait eux dans un tronc évidé avec une herminette ;)

  2. avatar Karim
    Jeudi 19 août 2010 à 7:57

    Canoé ! A deux, l’aventure est plus folle. Moi je conseille une belle descente dans la réserve naturelle de l’Ardèche avec au programme le pont d’Arc, des rapides à couper le souffle et un camp de naturiste qui t’aide à te relever quand ton canoé se retourne. Glam…

Laissez un commentaire