La noix de coco

avatar

le 27 juin 2010

Je me nourris bien


© D.R.

Un anti-rides au goût de paradis, rien de plus exotique !

Ce fruit exotique, symbole de pureté en Inde pour l’eau pure qu’elle contient, symbole de santé et de richesse selon la religion hindoue, s’apprécie et se partage entre fidèles comme un aliment béni. Pour moi c’est bon, un point c’est tout !
Fraîche. Rien de plus rafraîchissant, réhydratant et pur que l’eau de coco bue à la paille dans la coco directement à l’ombre d’un palmier ! Très riche en sels minéraux (potassium, cuivre, fer, magnésium, zinc et phosphore), elle contient également du sucre et des protéines.
À défaut de plage bordée de cocotiers, j’ai ma brique d’eau de coco naturelle « Vaï Vaï » au frigo pour me réhydrater sainement. C’est tout nouveau et c’est bien meilleur en goût et pour la santé qu’un soda bourré de sucres ou même un jus d’orange trois fois plus sucré !
À l’intérieur de la noix, la chair de coco riche en fibres facilite le transit intestinal, apporte des oligo-éléments (fer, potassium, cuivre, zinc et manganèse), regorge de vitamine B et fournit pas mal de calories, donc ne pas en abuser.
Mon conseil : Pour ouvrir une noix de coco, bien la regarder dans les yeux, il y en a trois, percer l’un d’entre eux pour la vider. Pour la casser sans la briser en miette, souffler de l’air par le trou et boucher avec le doigt puis donner des coups de marteau de tous les côtés ou un seul coup sec. Plutôt marrant ce fruit comme abord non ?
Sèche. La chair de noix de coco se déguste comme une friandise, sert d’ingrédient en pâtisserie. Râpée et mélangée à de l’eau bouillante, elle fait un onctueux lait de coco pour les glaces et les jus comme pour mitonner des plats dont raffolent les enfants… et les copains.
En huile. L’huile de noix de coco est très riche en acides gras à chaîne moyenne et représente une source d’énergie intéressante similaire à celle des glucides. Ils participent à l’absorption du calcium, du magnésium et de certains acides aminés contribuant au bon fonctionnement de la glande thyroïde. De même riche en vitamine E, l’huile de noix de coco est un excellent anti-rides, à consommer sans modération en huile pour le corps.
En rayon
Pas évident sous nos cieux européens de trouver de la coco, et d’en avoir en cuisine au moment opportun. Moi qui suis une gourmande addict du poulet coco, mon plat dominical, j’ai toujours dans le placard des briques de lait ou de crème de noix de coco, ainsi que de la coco râpée à parsemer sur les plats pour donner du volume au goût. Récemment, j’ai découvert les produits Kara originaires de Sumatra en Indonésie, qui font également de la pâte à tartiner à la coco, ça change du Nutella. Appréciables, ils sont sans sucre ajouté, sans colorant, sans arôme artificiel ni conservateur.

Ma recette de Salade de poulet à la vinaigrette coco
Pour changer du poulet coco servi chaud, voici pour l’été une salade fraîche, piquante ou non selon les papilles, réalisée avec de la crème de coco, plus onctueuse que le lait de coco (pratique la version berlingot pour les plats en amoureux et pas de gâchis), la même que j’utilise pour préparer la pina colada et monter une délicieuse crème fouettée.
Ingrédients (6 pers.) : 300 g de mâche, 3 filets de poulet, 2 avocats, 2 citrons verts, 1 mangue, 1 patate douce (ou potiron ou pomme de terre), 20 cl de crème de coco (1 brique), 50 g de coco râpée, huile d’olive, 3 g d’épices tandoori (ou de piment d’Espelette), sel.
Préparation : Couper les filets de poulet en aiguillettes, les saupoudre d’épices, d’une pincée de sel et de 2 c. à soupe d’huile d’olive, et laisse mariner durant 15 minutes.
Pendant ce temps, j’épluche et coupe la patate douce en cubes et la mets à cuire à la vapeur 10 minutes. Puis je dénoyaute et coupe l’avocat en dés, le citronne pour qu’il reste vert, ensuite j’épluche la mangue et la coupe également en dés.
Dans un bol, le mélanger la crème de coco, le jus et le zeste d’un citron vert, j’assaisonne de sel et de poivre et mélange.
Dans une poêle anti-adhésive chaude, je cuits les aiguillettes de volaille 1 minute de chaque côté. Je garnis les assiettes plates de mâche, y réparti les dés de patate douce, d’avocat et de mangue, puis dispose enfin les aiguillettes de poulet et j’arrose le tout de sauce à la noix de coco. Touche finale, je parsème l’assiette de coco râpée.

Les produits Kara sont distribués par Distriborg en hypermarchés rayon cuisine du monde et en magasins d’alimentation biologique.
Vaï Vaï : à partir de 2,40 € en 33 cl, en vente chez Cojean, à La Grande Épicerie de Paris et chez Monop’ et Daily Monop’.
Ces icônes sont des liens vers des sites de partage de signet sociaux où les lecteurs peuvent partager et découvrir de nouveaux liens.
  • Twitter
  • Facebook
  • email
mots-clefs :

Laissez un commentaire