Argent de poche

avatar

le 25 novembre 2010

Je chéris mes enfants


© D.R.

À quel âge dois-je lui donner de l’argent de poche et combien ? Telle est la question qui se pose à nous parents.

Ça grandit vite (trop vite) les enfants, et rapidement ils vous demandent un jour de l’argent pour aller acheter un livre, un autre jour pour acheter un jeu de plus pour leur DS. Si pour le livre (qui s’est révélé être une BD), on a fermé les yeux, culture oblige, pour le jeu ça commence à coincer, c’est plus une envie qu’un besoin donc on se demande si l’argent ne doit pas sortir de leur tirelire. Et la tirelire justement, il faut la remplir et la question, de se poser :

« Dois-je lui donner de l’argent de poche ? »
Oui, c’est une excellente façon de le rendre responsable. C’est pour lui une recherche d’autonomie et d’indépendance. Il apprend à gérer ses dépenses et donc ses envies. C’est une initiation à l’économie et à la prévoyance. Et il sera fier d’avoir mis de l’argent de côté pour vous offrir un cadeau.
À partir de quel âge ? Certains parents commencent à donner de l’argent dès 6-8 ans, soit environ 10 € par mois, mais c’est à l’entrée en Secondaire que la pratique se généralise. Selon le Pr Marcel Rufo, le budget annuel moyen des 13-16 ans avoisinerait les 1372 €, la moyenne mensuelle des 20 ans atteignant les 380 € par mois.
Conseil. Bon si l’on commence à donner de l’argent de poche à partir de la 6e, y aller molo pour ne pas déstabiliser l’enfant de 11 ans seulement ! Commencer par lui donner quelque 15 €/mois, puis en 5e quelque 20 €, et augmenter progressivement selon les besoins (et les revenus des parents !). Parfois, les grands-parents « rallongent » mais limiter tout de même cette « rallonge » qu’il ne prennent pas de goûts de luxe non plus, car plus tard c’est lui qui gagnera cet argent.
Témoignage. Frédéric G., père d’Eliot, 14 ans, estime « qu’un enfant ce n’est pas une carte bleue, à partir du moment où ses frais sont payés par les parents. En 6e, nous lui donnions 15 € par mois, aujourd’hui il reçoit 25 €, ce qui lui paye 2 places de cinéma, quelques téléchargements sur iTunes et une sortie avec les copains par mois. »

La gestion de l’argent par le jeu
L’apprentissage de la gestion de l’argent de poche passe désormais par le jeu. Les sujets sur la crise et les mauvaises pratiques financières ont inspiré les fabricants qui proposent des jeux éducatifs. J’en ai repéré quelques uns chez Toys’R’Us :
Je ne vous présente pas le légendaire jeu de plateau qui pour son son 75e anniversaire propose une nouvelle version entièrement repensée et modernisée : le « Monopoly Révolution » avec un plateau circulaire, des billets remplacés par des cartes de crédit et une banque digitale au centre !
Dans Taxifolie, le premier chauffeur qui a récolté 250 € gagne la partie mais pour cela il faudra user de stratagème et de finesse pour choisir la bonne route ! Dans la vie comme pour les taxis le temps c’est de l’argent.
Avec « Maxi Salaire », la vigilance mais aussi la prise de risque sont de mise, les joueurs sont confrontés aux aléas de la vie (chômage…), un jeu à la fois drôle et d’actualité qui se joue à partir de 8 ans !
Et dès l’âge de 6-7 ans, « 
L’argent de poche » initie, comme dans la vraie vie, les enfants à faire le bon choix : dépenser ou gagner de l’argent ! Ce jeu propose des parcours qui réservent de bonnes et de moins bonnes surprises…

L’argent de mon adolescent, par le Pr Rufo
« Votre adolescent a déjà une petite expérience de la gestion de son argent de poche, mais ses rapports avec l’argent vont maintenant changer (vers 12-14 ans). Ses besoins ne se gèrent plus au jour le jour pour l’achat par exemple de quelques friandises, mais à plus long terme » observe le Professeur Marcel Rufo, auteur de « Votre ado », une édition 2010-2011 entièrement refondue de 512 pages avec la collaboration du pédagogue Philippe Meirieu et de la journaliste Christine Schilte.
Ses premiers pas de gestionnaire. En effet, souligne le Pr Rufo, les adolescents « placent » leur argent essentiellement dans les loisirs (8 jeunes sur 10), ils économisent sur la base de projets nés de leurs multiples envies. Comme celles-ci ne sont pas forcément du goût des parents, ils ne peuvent compter que sur eux-mêmes pour obtenir la mobylette, la chaîne hi-fi ou l’iPhone convoités. Excellent pour apprendre à gérer ses « revenus », accepter de se priver d’un plaisir immédiat pour satisfaire un rêve plus conséquent, des contraintes qu’il retrouvera lorsqu’il entrera dans la vie professionnelle et deviendra totalement responsable de sa vie.
Une indemnité mensuelle. La somme est variable selon le revenu de la famille et des dépenses qui lui sont incombé, mais il semble logique que cet argent de poche lui soit versé tous les mois. La somme allouée doit faire l’objet d’un contrat négocié et accepté des deux parties, remis à date fixe et l’ado doit s’engager à ne pas demander de « rallonge » dès le 15 du mois. En revanche, rien n’empêche les parents de grossir son pécule en cas de réussite scolaire exceptionnelle, de services rendus ou à l’occasion de son anniversaire, un peu comme une prime. Ces exceptions doivent être définies au préalable.

Bon plan pour grossir la tirelire
On remarque que les filles reçoivent moins d’argent de poche que les garçons (soit environ 9 %) encore une injustice ! Comme s’il était plus évident de donner son autonomie financière aux garçons qu’aux filles, lesquelles se retrouvent donc plus actives durant leurs études en faisant du baby-sitting, en donnant des cours de soutien aux plus jeunes ou même en allant encadrer les enfants en centres de loisirs pendant les vacances scolaires. Autant d’idées pour les garçons !

• « Votre ado », 28 € (512 pages), Éditions Hachette. En vente en librairie.
• Jeux en vente dans les magasins de jouets comme Toys’R’Us.
Ces icônes sont des liens vers des sites de partage de signet sociaux où les lecteurs peuvent partager et découvrir de nouveaux liens.
  • Twitter
  • Facebook
  • email
mots-clefs :

Laissez un commentaire