Ado mode d’emploi

avatar

le 12 avril 2010

Je chéris mes enfants


© Jean Augagneur

Parce que même si on est des parents merveilleux, on a besoin d’une boussole pour sortir tous indemne de l’adolescence. A fortiori s’il est victime d’addictions.

Le plus grand danger dans le moment difficile qu’est l’adolescence c’est la rupture de communication entre l’adolescent et ses parents.

Communiquer « juste »
Sans le vouloir, on commet parfois des erreurs, c’est qu’un adolescent mal dans sa peau, en pleine crise ce n’est pas facile à gérer. Qu’il s’ancre dans un sentiment d’impuissance, de ras-le-bol ou d’indifférence, le silence génère toujours des violences qui font inévitablement de gros dégâts, dans le monde extérieur comme dans celui intérieur. Alors, comment garder le contact avec un adolescent de 12 à 18 ans ? Que faire quand il refuse les gestes affectueux ? Quand il n’y a plus de confidences et que les complicités d’avant passent au second plan ? Quand ça sent le « H » dans sa chambre ? Quand elle me lance tout de go « demain je vais avec un copain dans une fête à 50 km de Paris ?… Ne pas nous énerver, Chéri.
Voici quelques-unes des questions auxquelles répondent Élizabeth Leblanc-Coret, psychologue, psychanalyste jungienne, sophrologue et superviseur, co-auteur et co-fondatrice de l’école Savoir Psy avec le Dr Pierre Coret, psychiatre certifié en psychiatrie infanto-juvénile et homéopathe, dans « Bien communiquer avec son ado ». un livre-boussole pour communiquer « juste » avec son ado sans pour autant verser dans le laxisme et encore moins dans l’autoritarisme…

Et si je coachais mon ado !
J’aime bien le petit guide de Martine Golay Ramel, mère de deux ados et spécialiste de l’accompagnement, « Coacher son ado ». Il est traité simplement et de façon courte, il est bourré de trucs et astuces en matière de coaching parental, meilleur moyen de communiquer sans violence. C’est une autre façon de se voir parent, car c’en est bien fini de l’époque du « mange et tais-toi », on a évolué, mais comme ce n’est pas si simple, Martine liste les attitudes à adopter pour chaque situation : l’autonomie, les dépendances, les premiers amours, le deuil, non sans un certain humour… J’adore le chapitre sur l’art de la négociation.

« La parole est aussi importante que les glucides pour le développement » selon Boris Cyrulnik, éthologue, psychanalyste, psychologie, neuropsychiatre.

Il est addict
Pourquoi certains jeunes deviennent-ils addicts à l’alcool, les drogues, les jeux vidéo et même la pornographie ? Pourquoi en consomment-ils ? Faut-il s’en inquiéter ? Que faire quand ils ne peuvent plus arrêter ? Quelle aide leur proposer ? Dans « Mon ado est addict », Brigitte Mary, formée à la psychologie clinique appliquée, à l’analyse transactionnelle, à la désensibilisation par mouvements oculaires et aux approches psychocorporelles, avec Laurent Delhomme, sophrologue et relaxologue spécialiste des enfants et adolescents tentent de nous déculpabiliser et de dédramatiser la situation. Ils donnent des conseils intelligents et efficaces pour communiquer avec lui et lui redonner confiance en la vie et en lui, et abordent les diverses thérapies douces pour venir à bout du mal être : arthérapie, acupuncture, ateliers d’écriture, sophrologie, psychothérapie familiale, relaxation…
Et oui, comme on dit « grands enfants, grands soucis »… Bref, les devoirs c’est pas que pour les enfants !

À lire : 3 guides pratiques des Éditions Jouvence. En librairie.
« Bien commniquer avec son ado », par Élizabeth Leblanc-Coret et le Dr Pierre Coret, 8,50 €.
« Coacher son ado » par Martine Golay Ramel, 4,90 €.
« Mon ado est addict » par Brigitte Mary et Laurent Delhomme, 8,50 €.
Ces icônes sont des liens vers des sites de partage de signet sociaux où les lecteurs peuvent partager et découvrir de nouveaux liens.
  • Twitter
  • Facebook
  • email
mots-clefs :

Laissez un commentaire