Renouveau d’un bistrot parisien

avatar

le 11 décembre 2009

Je me nourris bien


© D.R.

Ambiance 50 et plats canailles à l’ombre du Panthéon… Gastronomique !

C’est une institution dans le quartier du Luxembourg avec son décor authentique des années 50 et sa terrasse à l’ombre des platanes. Le restaurant « Le Mauzac », repris en août 2009 par Chloé et Boris Welt, propose aux Épicuriens une cuisine canaille inspirée du terroir. Pas 36 000 plats à la carte, le jeune chef Stéphane Bidi qui a fait ses classes dans les cuisines du George V et du Crillon, cuisine avec art et saveur les produits du marché.
Une carte simple et de fort bon goût
Chaque jour, la carte propose 3 entrées, plats et desserts différents, ainsi qu’une fantaisie du jour comme la Pastilla d’agneau. Le chef aime la belle viande, je vous recommande la côte de bœuf de Simenthal pour deux (54 € les 800g), et le poisson, je me suis régalée d’un dos de cabillaud aux endives braisées à l’orange. Excellent, le risotto aux coques avec une émulsion de jus de coques, qui selon la saison peut également être aux cèpes ou aux asperges. Et comme la « maison » est simple et de bon goût, on peut également s’y sustenter d’une planche de charcuteries salade accompagnée d’un bon verre de vin.
La spécialité de foie gras
« Le Mauzac » aime le foie gras de canard tout droit venu des Landes, bien de chez nous, ferme et parfaitement calibré qui tient incontestablement la cuisson. Le chef régale à la carte d’un foie gras cuit au torchon (15,80 €) ou d’une escalope de foie servie sur un lit de lentilles vertes du Puy (12 €). Pour les fêtes comme les dîners ponctuels, « Le Mauzac » propose de prolonger le plaisir à la maison en commandant le foie gras de canard des Landes préparé au choix au Cognac ou aux figues et présenté dans un panier. À réserver.
Le Mauzac : 7 rue de l’Abbé de l’Épée, Paris 5e . Tél. : 01 46 33 75 22.

Ces icônes sont des liens vers des sites de partage de signet sociaux où les lecteurs peuvent partager et découvrir de nouveaux liens.
  • Twitter
  • Facebook
  • email
mots-clefs :

Laissez un commentaire