La Converse a 100 ans

avatar

le 29 septembre 2008

Je m’active


© Converse

Cette chaussure branchée est en fait une vieille Dame !

Je ne sais pas si vous êtes comme moi, mais j’aime connaître l’histoire de ce que je porte. Je viens de découvrir celle des chaussures qu’on porte tous dans la famille, et que mon fils de 5 ans appelle adorablement « mes conserves » ! Il n’a pas complètement tort, elle en a fait du chemin et reste bien conservée.
Portrait d’une star
C’est en 1908 dans le Massachussets que le Marquis Mills Converse fonde son entreprise de chaussures en caoutchouc, avant-gardiste. La célébrissime « All Star » naît en 1917 et est prise d’assaut par le joueur de basket ball Charles « Chuck » Taylor. Consécration absolue lorsqu’en 1939 l’équipe new York Rens enchaîne les records et remporte le premier Championnat du Monde. De même, le champion de badminton Jack Purcell l’adopte. Elle entre ensuite de plein pied dans la Seconde Guerre mondiale et le modèle A6 Flying Boot se fera décorer par la plus belle distinction militaire pour avoir soutenu le pays. La jeunesse des années 50 s’y identifie pleinement, de la « Fureur de Vivre » à « Happy Days ». Elle est la chaussure la plus portée dans les Seventies, plébiscitée par toutes les stars comme John Travolta qui a « La fièvre du samedi soir ». Les années 80 et les marques hyper high tech comme Nike, New Balance et Reebok la relèguent au rayon antiquité. Mais John Galliano et Karl Lagerfeld lui redonnent ses lettres de noblesse en la faisant défiler customisée dans les années 2000. Renaissance.

Toutes les rock stars la portent. Petite anecdote : Mick Jagger s’est marié en Converse. Pour son centième anniversaire, le film sur les Rolling Stones, réalisé par Martin Scorsese la repropulse en haut de l’affiche. Antiquité ! Est-ce que j’ai une gueule d’antiquité ?
Pourquoi je la porte ?
La « All Star » incarne le non conformisme, le courant libertaire qui souffla sur l’hexagone de la fin des années 60 aux années 70. Je pense illico à Jane Birkin et Serge Gainsbourg, addicts de la Converse. Sulfureuse, elle s’invite même sur le plateau de Marie Antoinette de Sofia Coppola. Moi je la porte pour mes journées marathon de rendez-vous, comme le week-end, inséparable de mes jeans. Je suis prête à parier que la Converse est repartie pour un siècle !

Ces icônes sont des liens vers des sites de partage de signet sociaux où les lecteurs peuvent partager et découvrir de nouveaux liens.
  • Twitter
  • Facebook
  • email
mots-clefs :

Laissez un commentaire