Éjaculation précoce

Une enquête d’opinion publique européenne révèle l’immense détresse qu’engendre l’éjaculation précoce chez les hommes et leurs partenaires.

« Même au 21e siècle, alors que la sexualité est un sujet courant, particulièrement en Europe, l’éjaculation précoce reste un sujet tabou. Comme l’indique l’enquête « PE confidential » réalisée en février 2010, la honte associée à l’éjaculation précoce demeure très forte. L’enquête montre clairement que l’impact négatif de l’EP, non seulement sur la vie sexuelle mais également sur l’estime de soi, et les troubles relationnels résultants sont une entrave au dialogue et, au bout du compte, à l’action contre l’EP » estime Le Dr Ian Banks, président de l’European Men’s Health Forum, une des personnes ayant guidé cette recherche (en photo).

Une enquête européenne
« PE confidential » a interrogé 4 524 hommes et femmes âgés de 18 à 70 ans répartis dans 9 pays (Espagne, Italie, Portugal, Allemagne, Autriche, Royaume-Uni, France, Finlande et Suède) au sujet de l’impact de l’EP et des attitudes qu’elle suscite. La recherche de « PE confidential » a été développée par Janssen-Cilag EMEA avec l’aide de groupes européens de soutien aux patients en matière de santé sexuelle et de santé masculine, y compris l’European Men’s Health Forum, l’European Sexual Health Alliance et le centre allemand d’information sur la sexualité et la santé.

Une situation impactante
Les résultats de « PE confidential » révèlent que, pour 1 homme sur 3 souffrant d’EP, cette condition est source de colère, de honte et de dépression. La moitié des hommes atteints d’EP avouent culpabiliser et éprouver un sentiment d’échec. Un quart des hommes ont même admis se sentir moins confiants dans d’autres aspects de leur vie. Plus de la moitié des hommes atteints d’EP et 44 % des partenaires d’hommes atteints d’EP se déclarent insatisfaits par leur vie sexuelle. En matière de relations, un tiers des hommes considèrent que l’EP crée une distance avec leurs partenaires.
En dépit de cela, plus de la moitié des hommes interrogés ont indiqué n’avoir jamais parlé à personne de leur problème, même pas à leur partenaire. Dans certains cas, ce refus d’aborder le sujet dure depuis plus de 25 ans.

Pas facile d’en parler
C’est au Royaume-Uni que les hommes sont les plus réticents à parler de l’EP avec 71 % des hommes déclarant n’en avoir jamais parlé à personne. Les Espagnols semblent les plus ouverts sur leur condition,

L’éjaculation précoce est un problème de santé sexuelle comme un autre qui peut être résolu de façon satisfaisante,
assure le Dr Ian Banks.

avec 63 % indiquant en avoir parlé. Les Allemands et les Britanniques sont les plus insatisfaits de leur vie sexuelle à cause de l’EP alors que les Français et leurs partenaires considèrent que l’EP a un impact légèrement plus fort sur leur relation par rapport aux couples des autres pays.
Lorsqu’il s’agit de faire quelque chose contre l’EP, seulement 1 homme sur 10 a consulté un professionnel de la santé. Parmi les hommes qui refusent de parler à un professionnel de la santé, presque la moitié cite la honte pour leur réticence, alors que 28 % des hommes pensent que l’EP n’est pas une condition médicale qui est traitable par un médecin.

Pourtant en parler c’est commencer le traitement
L’éjaculation précoce est un problème de santé sexuelle comme un autre qui peut être résolu de façon satisfaisante. Nous encourageons tout homme souffrant d’EP ou son partenaire de consulter, soit un médecin, soit un groupe de soutien local pour la santé sexuelle, capable de fournir des informations fiables et des conseils, un soutien et des solutions appropriés.
La première étape du traitement de l’EP consiste à en parler et le conseil que nous donnons aux hommes pour tout type de trouble sexuel est d’aborder le sujet, en particulier avec leurs partenaires. Il s’agit souvent de la première étape vers une solution concernant un sujet sensible et délicat et pour améliorer la vie sexuelle des couples et la solidité de leur relation.
L’EP est considérée comme étant le trouble sexuel le plus courant chez les hommes. L’EP est une condition médicale pénible qui, selon les estimations, affecte un homme sur cinq (20-25 %) à un moment donné dans sa vie, indépendamment du lieu de résidence. L’EP est reconnue comme étant une condition médicale par des organisations de santé de premier plan y compris l’Organisation mondiale de la santé (WHO), l’International Society for Sexual Medicine (ISSM), l’American Urological Association (AUA) et l’American Psychiatric Association (APA). Cette condition médicale se divise en trois composantes principales : une éjaculation rapide, le manque de contrôle sur l’éjaculation et l’impact personnel négatif et la détresse suscités par cette éjaculation.

Bon, il y a ceux qui souffrent d’éjaculation précoce et il y a ceux qui a contrario sont victimes de dysfonction érectile qui s’avère invalidante pour 48 % des hommes (et les femmes alors !). Faut régler tout cela pour que le couple se sente bien, debout les gars !

Pour de plus amples renseignements sur la santé sexuelle, la santé des hommes et l’éjaculation précoce, veuillez consulter les sites (en anglais et en allemand) :
European Men’s Health Forum (EMHF) : www.emhf.org
European Sexual Health Alliance (ESHA) : www.essm.org/Tél. : 0825 00 00 10 (en France).
Premature Ejaculation : www.prematureejaculation.com
Informationszentrum für Sexualität und Gesundheit (ISG) : www.isg-info.de
Ces icônes sont des liens vers des sites de partage de signet sociaux où les lecteurs peuvent partager et découvrir de nouveaux liens.
  • Twitter
  • Facebook
  • email
mots-clefs :

3 commentaires

  1. avatar André
    Jeudi 3 juin 2010 à 15:11

    Excellent article!

    Je connais personnellement un couple qui a attendu 20 ans avant de parler ouvertement de ce problème qui le privait carrément d’une vie sexuelle normale.

    Depuis que la femme a appris qu’il existe une méthode éprouvée pour mettre fin en permanence au problème de son homme….je ne suis pas surpris qu’elle n’a pas eu trop de difficulté à le convaincre d’agir….et maintenant, le couple vient de renaître et est beaucoup plus fort!

    Il est temps que les hommes se lèvent debout et abordent le problème de front avec leur partenaire!

  2. avatar Journaliste
    Mercredi 15 septembre 2010 à 15:26

    Bonjour
    Je suis journaliste au Magazine de la santé, nous recherchons des témoignages sur ce thème (EJP) pour une prochaine émission. Merci de me contacter à aurianeb7@yahoo.fr

  3. avatar Nicole Audette
    Mercredi 21 septembre 2011 à 4:27

    Je vous remercie pour ces informations si précises. Je peux confirmer ces dires, car je pratique la sexologie depuis plus de 25 ans à Montréal et ma pratique est particulièrement composée d’hommes souffrant d’EP. Je suis devenue très spécialisée dans le traitement de ce problème qui se résout en quelques scéances, grâce à l’Approche sexocorporelle. J’ai même créé un DVD dernièrement qui rend cette démarche accessible à tout homme. J’enseigne cette approche dans plusieurs villes d’Europe depuis plusieurs années. Je crois que c’est la meilleure solution, car cette démarche est brève, environ 4 à 8 semaines, efficace et durable et ne nécessite aucune médication.

Laissez un commentaire