Sur les traces de l’ours

À la découverte de ce « frère des hommes » sauvage…

Lou Pè-descaùs, celui qui va nu-pieds est notre frère immémorial. La disparition de la dernière ourse du lignage pyrénéen est une grande perte pour la nature sauvage considère Stephan Carbonnaux qui nous explique pourquoi dans « Le Cantique de l’Ours, Petit plaidoyer pour le frère sauvage de l’homme ».
Partir en quête de l’ours, dans les Pyrénées, la Slovénie ou les Balkans qu’il hante par sa présence discrète, c’est bien sûr découvrir un animal à l’intelligence et aux capacités surprenantes, sentir qu’une forêt sans ours n’est pas une vraie forêt, plonger dans une histoire ancestrale qui l’a hissé du rang de commensal de l’homme à celui de divinité. Le « Va-nu-pieds », comme disent les Béarnais, le voilà, le vrai roi sauvage ! Et quiconque a vu l’ours n’est plus tout à fait le même. En Europe, le défendre est un combat d’avant-garde, celui de la préservation de vastes territoires sauvages au cœur même de nos sociétés modernes si dévoreuses d’espace et donc de liberté. Marcher dans les pas de l’ours, notre frère sauvage, ouvre des horizons insoupçonnés sur lui et sur nous-mêmes (8 €, Éditions Transboreal).

Ces icônes sont des liens vers des sites de partage de signet sociaux où les lecteurs peuvent partager et découvrir de nouveaux liens.
  • Twitter
  • Facebook
  • email

Laissez un commentaire