Cours de secourisme bébé

J’apprends à parer aux problèmes de santé de bébé et risques domestiques éventuels…

Tout est prêt pour l’arrivée de bébé, sa chambre, son berceau, son trousseau, ses doudous et même les faire-part… Et la sécurité de bébé dans tout ça ?secourisme
Aurais-je les bons gestes, les bons réflexes s’il advient un problème à bébé ?
Un heureux événement, pour qu’il ne vire pas au cauchemar, doit bien se préparer. C’est à nous les parents ou les copines d’intervenir pour ne pas gâcher la joie des futurs parents, en leur offrant en cadeau de naissance (avant l’heure, c’est mieux) : la « Safety Card ».

Kesako la Safety Card ?
Lancée à l’initiative de deux sapeurs-pompiers, Steve Venot et Guillaume Bernier, ayant constaté lors de leurs maintes interventions que les parents paniquaient et ne savaient pas réagir face aux différents problèmes de santé et accidents domestiques rencontrés avec bébé, la Safety Card est une formation sur le terrain en compagnie de sapeurs-pompiers… mais pas que ! Bien plus efficace que d’appeler le 18 et d’attendre les secours stressés et inutiles.
En groupe d’une dizaine de personnes, on aborde les thèmes de : la prévention à domicile, les brûlures, la fièvre, les gestes de premiers secours, l’étouffement, les vaccins, la trousse de secours idéale, les piqures d’insectes… dans un esprit d’échange et d’accompagnement avec les formateurs diplômés d’état en secourisme. En une demi journée, on apprend les gestes indispensables pour accueillir un nouveau-né avec l’assurance d’y être bien préparé.

Où ? Pour l’instant cette carte est destinée aux personnes vivant en Ile-de-France, 8 centres préparant à la formation Safety Card à Paris 8e, Parie 11e, Paris 20e, Versailles, Courbevoie, Cergy, Pontoise, Evry et Marne la Vallée.

Maintenant, nous nous sentons vraiment prêts à accueillir Bébé.

Safety Card : 65 € les 4 heures, www.safetycard.fr
Ces icônes sont des liens vers des sites de partage de signet sociaux où les lecteurs peuvent partager et découvrir de nouveaux liens.
  • Twitter
  • Facebook
  • email
mots-clefs :

Laissez un commentaire