Paix !

Enfin la « trêve des confiseurs » !
Mais au fait c’est quoi cette trêve des confiseurs ?
Il s’agit de la période qui court entre Noël et le Jour de l’An qui, contrairement à son nom, est chargée de confiseries et autres plaisirs de la table. Alors ça sort d’où cette expression ?
Un petit tour sur Wikipédia et hop voici en résumé…
Ça remonte à décembre 1874 où « d’un commun accord, tous les groupes de la Chambre jugèrent que l’époque du renouvellement de l’année était peu propice à des débats passionnés. À cette occasion la presse satirique imagine le mot de trêve des confiseurs ».
Depuis, à l’approche des Fêtes de fin d’année, par une sorte d’accord tacite entre les parlementaires, on ne soulève pas de questions qui fâchent, mieux encore on se sépare et on prend des vacances. « Point de propos aigres et « pendant cette accalmie, les marchands de sucreries, gâteaux et friandises font, tout doucement, leur petit commerce. »
Une expression d’origine politique qui touche également les marchés boursiers, ainsi que le football, mais là, c’est plus par raison météorologique.
De même, à l’époque du roi Saint-Louis, l’Eglise catholique romaine ordonnait que les combats guerriers soient arrêtés pendant la période de l’Avent à Noël, cette « trêve de Dieu », appelée également « trêve de Noël » lors de la Première Guerre Mondiale lorsque les soldats britanniques qui tenaient les tranchées autour de la ville belge d’Ypres fraternisèrent en 1914, pour une nuit, avec les soldats allemands…
J’AIME le clip de la chanson de Paul Mc Cartney « Pipes of Peace » qui évoque l’une de ces trêves.
Passez de belles fêtes. Repos ! Sentez-vous bien…

Ces icônes sont des liens vers des sites de partage de signet sociaux où les lecteurs peuvent partager et découvrir de nouveaux liens.
  • Twitter
  • Facebook
  • email
mots-clefs :

Laissez un commentaire