Dangereux le déodorant

avatar

le 21 mars 2012

Je passe au vert


© AFSSAPS

On croyait le débat clos et les sels d’aluminium totalement dédouanés dans le développement des cancers du sein. Hélas pour ses utilisatrices, ils sont bel et bien dangereux ! Gare aux déodorants qui en contiennent…

Impensable de ne pas se mettre du déodorant le matin en sortant de la douche. C’est le geste quotidien de toute personne soucieuse de réussite, qui veut se sentir sûre d’elle-même en toute situation et notamment dans les moments de stress occasionnant une sudation excessive et odorante, révèle une enquête. LIRE le chiffre sur La transpiration et ses raisons

Du principe de précaution…
Pourtant, cela fait quelques années que certaines personnes, perçues alors un peu trop « écolo », nous mettent en garde contre l’utilisation de déodorants ou anti-transpirants contenant des sels d’aluminium réputés antiperspirants, qui favoriseraient le cancer du sein. Nous étions tous sceptiques, mais dans le doute, et devant cette hécatombe de cancer du sein touchant tant de copines, Jemesensbien.fr en faisait écho dès 2009. LIRE Pas top les déodorants traditionnels
Et étions, pour certaines comme moi, passées aux déodorants naturels. Pas si mal, après tout. LIRE La sélection de déodorants naturels

Aux études qui « tuent »
Hélas, plus de doute maintenant, L’Observatoire des Cosmétiques apporte aujourd’hui deux nouvelles pièces au dossier : Un, les chercheurs soulignent leur dangerosité ; Deux, l’Afssaps (Agence française de sécurité sanitaire des produits de santé) recommande de limiter la présence de sels d’aluminium dans les déodorants et antitranspirants…

Gare aux sels d’aluminium qui favorisaient
cancer du sein et maladie d’Alzheimer

La toxicité potentielle de l’aluminium présent dans les produits cosmétiques est un sujet d’inquiétude depuis plusieurs années. Souvent accusé de favoriser les cancers du sein ou la maladie d’Alzheimer, il faisait l’objet d’une évaluation par l’Afssaps quant à sa sécurité d’emploi. L’Agence vient de rendre ses conclusions dans un rapport d’expertise rendu public ce 17 novembre 2011.
deodorants> Conclusion : Le risque existe et la sécurité sanitaire des consommateurs n’est pas assurée.
Par ailleurs, une étude menée par des chercheurs de l’Université de Genève met en lumière les effets néfastes des sels d’aluminium présents dans les antitranspirants sur les cellules mammaires humaines in vitro. Si cette étude ne constitue pas une preuve formelle de la responsabilité des sels d’aluminium dans le développement du cancer du sein, elle relance en tout cas les plus fortes suspicions.

Mais alors qu’en est-il de la pierre d’Alun ?
Dans la foulée, plusieurs scientifiques mettent en garde à son sujet : « Ce n’est pas parce que c’est une matière naturelle qu’elle ne possède pas les propriétés des sels d’aluminium utilisés en cosmétique ! » Pourtant, les Indiens colombiens l’utilisaient déjà. Qui croire ? Dans le doute, je vais arrêter de la passer sous mes bras, pour le reste… LIRE Magique la pierre d’Alun

Le principe de précaution prévalant, cela fait deux ans et demi que je n’utilise plus que des déodorants naturels, ainsi que ma fille, autant la préserver d’un maximum de maladies. Alors tous ne sont pas efficaces en cas de tendance à fortement transpirer, c’est vrai. Il faut en essayer pas mal avant de trouver celui qui nous correspond. LIRE L’article à paraître demain sur Le bon déodorant naturel aux huiles essentielles

Plus d’information sur la dangerosité des produits de beauté et de santé sur le site de l’Agence Française de Sécurité Sanitaire des Produits de Santé : www.afssaps.fr
Ces icônes sont des liens vers des sites de partage de signet sociaux où les lecteurs peuvent partager et découvrir de nouveaux liens.
  • Twitter
  • Facebook
  • email
mots-clefs :

Laissez un commentaire