Vive la chromothérapie

avatar

le 25 novembre 2012

Je prends soin de moi


© Groupe Eyrolles/Dominique Bourdin

Pas de vie sans couleurs, sources d’énergie. Encore plus nécessaires en hiver…

Les couleurs sont dans la nature, elles font partie de notre vie, du quotidien, de notre parler, c’est le reflet de notre vie affective : voir rouge, avoir des idées noires, se mettre au vert, être blanc comme
chromotherapie
neige, rire jaune… Pourtant peu d’entre nous réalisent encore les bienfaits que l’on peut en tirer.
Pour en savoir plus, je vous recommande de lire « La chromothérapie » un livre bienfaisant rien qu’à tourner les pages pleines de couleurs, du Dr Dominique Bourdin, psychothérapeute, et de sa femme Sylvie Boudin-Dasonval, qui ont fondé le centre de formation à la chromothérapie, La Chrysalide, publié aux Éditions Eyrolles. Un guide de 18 fiches pratiques sur les couleurs, l’art de les utiliser pour se sentir bien, avec des exercices à pratiquer à la maison comme à l’extérieur.
« La vision des couleurs est une interprétation de la réalité. Cette interprétation est toujours liée au vécu de la personne. On a appris à se servir des couleurs comme moyen thérapeutique super puissant», observe le Dr Dominique Bourdin, et elles font des merveilles dans l’univers du bien-être pour éviter d’arriver au burn-out.

L’être humain est couleurs
Le corps humain est constitué d’une partie physique visible, et d’une partie subtile, vibratoire : c’est le corps énergétique, « l’aura » comme l’appelle les Indiens. Disons que nous sommes fait de trois chakras principaux reliés à trois enveloppes : Rouge pour les racines, les limites, relié au bassin et aux jambes. Vert pour les organes de mise en relation, lié au cœur et aux poumons. Bleu pour les organes de gestion du vécu, lié au cerveau et au système nerveux.

Les couleurs nous permettent de nous équilibrer et de nous restructurer.

Tous les autres organes sont dérivés de ces trois parties, nous passons notre vie à vivre des besoins correspondant à nos organes et à « traverser les couleurs », puisque nous sommes construits sur la lumière, les couleurs nous permettant de nous équilibrer et de nous restructurer. Simplement !

Le rouge, couleur maternelle
C’est la couleur du bas-ventre et des organes génitaux dans leur dimension reproductrice, elle évoque le maternage. Le rouge apporte la sécurité qui permet à l’enfant de s’épanouir sans crainte et de vivre des expériences de façon ludique. C’est aussi la couleur de la puissance, de la force, du feu qui réchauffe, de la chaleur qui réconforte, elle dynamise, ressource, régénère, soulève l’enthousiasme.
C’est d’ailleurs la couleur des fêtes de fin d’année, du bon Père Noël, un bonhomme qui aime les enfants, rassurant (quoiqu’avec sa grosse barbe, il fasse peur aux tout-petits).

Le violet, couleur paternelle
C’est la couleur qui relie. Ancrée au sommet du crâne, reliée à la colonne de lumière qui nous connecte à notre ciel symbolique et donc à notre source, qui nous nourrit. Le violet représente notre quête spirituelle, de sens. C’est aussi celle de l’énergie du père, comme le rouge est l’énergie de la mère. Elle représente l’autorité, celle qui donne la direction, qui commande, qui fait sortir de la fusion avec la mère pour trouver son autonomie. C’est encore la couleur de l’amour, la vérité, justice, moralité, éthique, loyauté, adoptée par les cardinaux, dieux, héros et rois.

Jouer avec les couleurs pour se sentir bien
Quelque soit le problème physique ou émotionnel, je me relaxe, debout, assis ou couché, et je porte ma conscience sur l’organe qui souffre ou la zone de l’émotion qui m’étreint.
Je profite de l’énergie des couleurs en choisissant un tissu de la couleur nécessaire, m’enveloppe dedans et en ressens ses bienfaits :
chromotherapie
• Besoin d’être dorloté, je choisis le rouge.
• Je me prépare à une soirée sensuelle, je mise sur l’orange.
• Pour me consoler, ne pas me sentir déprimée, être sereine, me sentir libre, je me love dans du vert, ou je vais marcher dans la nature, aussi.
• Pour me vider la tête et me relaxer, je nage dans du bleu, d’ailleurs bon plan le bain avec du gel bleu ou mieux encore un bain de couleurs (luminothérapie).
• Pour me préparer au sommeil, j’opte pour les couleurs froides de bleu, violet et cyan, excellents somnifères naturels.
• Besoin de mieux communiquer avec mon entourage, j’enfile un tee-shrit turquoise.
• Besoin d’éliminer, avec le jaune, je fais le trie tant dans les aliments que dans le corps, ne garde que ce qui me convient ; côté mental je classe, trie, analyse, range et comprends.
• Besoin de m’exprimer, avec le cyan, je fais sortir le meilleur de moi-même par des paroles, des gestes, le chant, l’art…
• À plat j’ai besoin de couleurs, voici mes trucs déco et mode bonne humeur

Quels outils pour traiter avec la couleur ?
La couleur s’absorbe de diverses façons : en portant des lunettes aux verres de la couleur nécessaire, en mettant des filtres de couleur sur les lampes ou en achetant carrément des lampes de luminothérapie pour baigner dans la lumière et la couleur, et en les associant aux huiles essentielles (dont je vous parle souvent) ainsi qu’aux cristaux (sujet que je vais aborder en décembre).
LIRE également Que la lumière soit, et en couleurs, SVP ! La sélection de lampes de luminothérapie design et s’installer un accompagnateur de sommeil pour remettre à l’heure les pendules de mon horloge biologique et dormir comme un bébé…

La chromothérapie, 10 €, Éditions Eyrolles. En librairie.
La Chrysalide : www.lachrysalide.com
Ces icônes sont des liens vers des sites de partage de signet sociaux où les lecteurs peuvent partager et découvrir de nouveaux liens.
  • Twitter
  • Facebook
  • email
mots-clefs :

commentaire

  1. avatar hascoet laurette
    Jeudi 1 août 2013 à 13:33

    j’aimerai sortir sans avoir peur, c’est frustrant, ça m’empêche de vivre merci de me répondre au plus vite.

Laissez un commentaire