Le Dendrobium

avatar

le 27 février 2010

Je passe au vert


© Office Hollandais des Fleurs

Une orchidée qui change de la Phalenopsis.

Étonnante la forme de cette orchidée, telle un flambeau aux fleurs étoilées, soutenu par un feuillage vert, et aussi ses pétales aux motifs magnifiques, d’un dégradé de couleurs pales ou au contraire très contrastées, comme par exemple des pétales jaunes au labelle rose (pétale si particulier qui attire les insectes pollinisateurs), ou des fleurs blanches au cœur violet. Son labelle très sensuel, ondulé, puissant et aguichant, accroche le regard… très « Girl Power ».

De bonne compagnie
Le Dendrobium et ses quelque 200 autres variétés poussent à l’état sauvage dans le vaste triangle Himalaya, Sud du Japon, Nouvelle Zélande. Il descend volontiers de ses montagnes pour s’acclimater à nos appartements ne demandant pas trop de soins et constituant à lui tout seul une œuvre d’art dans chaque pièce. Ce n’est pas pour rien qu’en anglais cette plante est appelée « pet plant », tant sa présence est comparable à celle d’un animal de compagnie.

Une œuvre pleine de vie
Le Dendrobium se plait dans un endroit éclairé et aéré, à l’abri du soleil direct, à une température de 18° C voire un peu en dessous. Pas exigeant il nécessite un bain de pied de temps à autre ou un brumisage de ses racines aériennes (celles qui dépassent du pot). Lui apporter de l’engrais avec modération (souvent la moitié de la dose conseillée suffit).
Après sa floraison, lui accorder six à huit semaines de repos dans un emplacement au frais, sans nourriture et très peu d’eau. Ce n’est que lorsque les nouveaux boutons commencent à éclore, que l’entretien habituel peut reprendre.

En vente chez les fleuristes.
Ces icônes sont des liens vers des sites de partage de signet sociaux où les lecteurs peuvent partager et découvrir de nouveaux liens.
  • Twitter
  • Facebook
  • email
mots-clefs :

Laissez un commentaire