La folie tatouage

Tendance les motifs à fleur de peau. Oui mais sans peur et sans reproche !

C’est l’enfant terrible de la Haute-Couture, Jean-Paul Gautier, qui s’illustre depuis 30 ans en prenant la mode à contre-pied se faisant un malin plaisir à mettre « la différence » à la mode, qui a introduit dans ses collections les tatouages et piercings dès 1994, époque à laquelle le phénomène était encore méconnu du grand public. Il a d’ailleurs signé la dernière collection des jeans Levis 2010 présentée sur des mannequins tatoués.
Avec les beaux jours qui reviennent les tatouages sortent leurs plus beaux atours. En effet, les Français en sont friands et force est de le constater sur le moteur de recherche de shopping Twenga qui en mars dernier (2010) a enregistré une hausse de la demande notamment en matière de tatouage éphémère de 93%.

Tendance « malabar »
Ça me rappelle les décalcomanies des malabars dont on s’affublait à la récréation quelques décennies plus tôt. Comme y a pas d’âge pour s’amuser, soyons fou cet été, customisons notre corps. L’été dernier Jemesensbien avait mis à nu le ventre de la femme enceinte éphémèrement tatoué. Oui soyons folles, d’autant qu’il y a zéro risque et encore mois de douleur ni frayeur due à l’aiguille. On peut en changer comme de culotte… que l’on assorti tant qu’à faire !

Des goûts et des couleurs
Dans le top ten des motifs de tatouages temporaires les plus populaires sont demandés par ordre décroissant : vague polynésienne, elfe, papillon, tortue tribale, étoile, ailes d’ange, fleur, soleil maori, animal, tribal.
Sur le Net, on trouve aussi bien les kits de tatouages traditionnels au henné que des modèles réalisés par des artistes, des tampons en tout genre (pierres de tatouages) et même des manches et des collants qui imitent parfaitement les tatouages. C’est dire comme ça craint pas. Bon et puis il y a toujours le bon Malabar !
Côté prix c’est pas la ruine, j’en ai vu à partir de 1 €, il y en a plein dans les 3,50 € et des planches de plusieurs motifs dans les 22 €, après tous les délires sont permis.

Envie de me tatouer pour de vrai
Cela dit un tatouage, un vrai, n’a rien à voir avec ces décalcomanies, observe Bruno Caplier de la Boutique Le Chat Percé à Nice, expert en tatouage et piercing. Le tatouage « durable » implique une réflexion avant de passer à l’acte et un maximum de sécurité.
Quelques recommandations. D’une part, le motif se potasse et avant de s’arrêter sur un choix, mieux vaut se documenter dans les revues spécialisées et sur Internet. Ensuite, aller voir un tatoueur professionnel qui en tant qu’artiste aura également un « book » de ses réalisations. Ne pas hésiter à discuter avec ses clients et aller jeter un œil sur les blogs voir ce qu’ils en pensent, en tout cas ne jamais se contenter d’un dessin, insiste Bruno. Surtout, bien s’assurer de l’hygiène avant de se faire tatouer, et oser demander le certificat de formation à l’hygiène réglementaire obligatoire depuis le 1er janvier 2010, ainsi que l’inscription en préfecture également obligatoire depuis le 1er janvier 2010. Ceci impliquera une traçabilité obligatoire des lots d’encre (composition et stérilisation industrielle) et aiguilles. Attention, les tatouages réalisées avec une encre dite « éphémère, utilisée par les esthéticiennes pour le maquillage dit permanent s’estompent à la longue, mais surtout peuvent rester de façon plus ou moins dégradée par endroits. Pas joli joli !

Le tatouage traduit la volonté d’apparaître différent, rebelle, ou au contraire exprime la revendication d’un sentiment identitaire.

Que penses-tu du tatouage au henné, Bruno ?« J’ai pu tester occasionnellement le henné noir (avec teneur de PPD réduite, a paraphénylèdiamine qui donne la teinte noire) pour certains clients désireux d’avoir un aspect un peu ressemblant à un éventuel futur tatouage tribal. Cependant le risque de réaction allergique peut quand même se rencontrer. L’emploi du henné naturel, à ma connaissance sans risque et pratiqué depuis des millénaires, ne satisfait pas les demandeurs de cette pratique à cause de la couleur ocre orange qui ne ressemble pas à l’idée du « vrai » tatouage que l’on se fait. Toutefois ce type de tatouage « temporaire » attire de plus en plus de jeunes car il n’est pas douloureux pouvant s’appliquer au pochoir et ne tenant pas sur le long terme, il rassure les parents.

Le tatouage au henné noir est-il dangereux, Dr Kluger ?
Depuis la fin des années 90, les tatouages temporaires au henné sont devenus une mode auprès d’Occidentaux en période estivale sur les lieux de vacances, observe le Dr Nicolas Kluger, dermatologue à Montpellier. Si le risque d’allergie au henné traditionnel est considéré comme rare et négligeable, l’ajout de produits chimiques divers aux produits traditionnels est responsable tous les ans de réactions de contact parfois potentiellement graves concernant le henné noir (black henna tattoo), alerte le Dr Kluger. Ainsi depuis quelques années sont rapportés des réactions plus ou moins sévères : dermatites de contact, urticaire, angio-oedème, choc anaphylactoïde, causées entre autres par la PPD qui est un puissant sensibilisant. Lire l’article complet sur les risques du tatouage au henné noir par le Dr Nicolas Kluger sur www.dermagazine.fr.

Mal tatoué
C’est raté. Ça arrive quand on ne va pas voir un professionnel. Encore une chance de ne pas avoir chopé une maladie. On peut toutefois avoir recours au recouvrement du tatouage baclé par un tatoueur qui se respecte, rassure Bruno Caplié,  histoire de bien finir le travail. Encore un peu de souffrance pour être « beau » ! Voir un exemple de recouvrement sur le site Le Chat Percé.

Envie de me détatouer
Et oui les « erreurs de jeunesse » sont parfois difficiles à assumer, Germaine est jalouse du tatouage « à Josianne pour la vie »… Si les anciennes techniques comme la dermabrasion ou le laser CO2 permettaient de retirer ces tatouages, mais au prix de cicatrices, le Dr Nathalie Gral, dermatologue à Grenoble nous rassure, ça a bien évolué depuis. Les lasers Q-Switched sont les seuls efficaces pour enlever les tatouages avec un excellent résultat ». Certes en effectuant plusieurs séances, le nombre dépendant de la couleur, de la quantité et de la profondeur des pigments. « Certaines couleurs comme le rouge et le noir partent plus facilement, d’autres comme le vert nécessitent plus de séances et un laser spécifique, le laser Alexandrite Q-Switched, encore peu courant en France. » En revanche, les tatouages brillants réalisés à l’encre acrylique ne peuvent être traités par les lasers Q –Switched, donc à bon entendeur, à éviter au risque de regretter.
Est-ce que ça fait mal, Dr Gral ? « Rassurez-vous, le dermatologue prescrit une crème anesthésiante à appliquer sur la zone à détatouer 2 heures avant la séance de détatouage (vendue en pharmacie), l’ordonnance ayant été prescrite lors de la consultation précédente où un devis a par ailleurs été établi et le déroulement des séances expliqué, le prix étant fonction de l’étendue du tatouage. » Pour information, le traitement des tatouages par laser n’est pas remboursé par la Sécurité Sociale.

Il était une fois le tatouage
À quoi correspond ce désir de transformer notre corps, de le façonner comme une œuvre vivante ? Quels fantasmes, quels désirs secrets, quelles démarches particulières suscite-t-il en nous ? Quelle peut être la signification de ces « fleurs de peau », écloses ici sur un dos, là sur une épaule ? Le tatouage, plus qu’un discours du corps, représente un art de vivre, une philosophie qu’aborde Alain Pozzuoli, scénariste, parolier, auteur-radio dans « Tatouages, une histoire et des histoires », à travers 23 nouvelles inédites, préfacées par Marc Kober qui examine les aspects du tatouage dans différentes civilisations, tatouages maoris, chinois, africains ou japonais. En effet, pratiqué depuis des lustres dans nombre de civilisations, le tatouage traduit la volonté d’apparaître différent, rebelle, ou au contraire exprime la revendication d’un sentiment identitaire.
Aujourd’hui, plus que jamais, le tatouage est une façon d’affirmer son moi profond, ses exigences, sa vision du monde. Le tatouage touche à tous les domaines, culturels, sociologiques, artistiques, historiques… Il raconte de fait l’histoire de l’humanité.

À vos marques sur le corps, prêt, cherchez un tatouage éphémère sur www.twenga.fr !
À lire : « Tatouages, une histoire et des histoires », 23 €, diffusé par Ciel Rouge, Tél. : 03 80 74 81 55. Voir le site : www.ciel-rouge.fr.
Le Chat Percé : 12 rue Alberti, Nice. Tél. : 04 93 96 74 32. Voir le site : www.lechatperce.com
Dr Nathalie Gral, Centre Laser Dermatologique HELIOS : 26, rue Colonel Dumont, Grenoble. Tél. : 04 76 43 31 61.
Voir le dossier tatouage henné du Dr Kluger sur Dermagazine : www.dermagazine.fr
Ces icônes sont des liens vers des sites de partage de signet sociaux où les lecteurs peuvent partager et découvrir de nouveaux liens.
  • Twitter
  • Facebook
  • email
mots-clefs :

commentaire

  1. avatar Dr Nathalie GRAL
    Vendredi 25 novembre 2011 à 17:17

    Le centre laser dermatologique HELIOS s’est agrandi et a déménagé au 26, rue Colonel Dumont 38000 GRENOBLE

Laissez un commentaire