S’hydrater pour bien travailler

L’hydratation favoriserait-elle la performance mentale chez les enfants, tout comme elle améliore les fonctions cognitives chez l’adulte ?

L’eau est le principal constituant du corps humain. Chez les enfants la proportion d’eau dans le corps est plus importante que chez les adultes (75 % du poids corporel à la naissance, 60 % à l’âge adulte. C’est un nutriment vital, présent dans toutes les cellules. L’eau remplit de nombreuses fonctions physiologiques : solvant, milieu de réactions chimiques, transporteur de nutriments et de déchets du métabolisme, thermorégulateur, lubrifiant, absorbeur de choc… Le maintien de la balance hydrique est donc essentiel pour le fonctionnement optimal de notre organisme. Or, ce dernier ne sait pas stocker l’eau et en perd quotidiennement via les urines, la respiration, la transpiration et les selles. L’eau apportée par notre alimentation et l’eau produite par le métabolisme n’étant pas suffisantes pour combler ces pertes, il est donc essentiel de les compenser chaque jour en buvant de l’eau.
Lire également le chiffre 63% sur l’hydratation des enfants et le chiffre 77% sur l’hydratation des Français.

Boire oui, mais combien ?
Chez les enfants tout comme chez les adultes, les besoins en eau varient en fonction de l’âge, du sexe, des conditions climatiques et de l’activité physique. Un enfant en bonne santé est considéré comme correctement hydraté tant qu’il maintient sa balance hydrique. Toutefois, les enfants sont particulièrement exposés à un déficit hydrique favorisant ainsi la déshydratation. Un enfant âgé de 4 à 8 ans et vivant dans un climat tempéré devrait boire 1,1 litre d’eau par jour. Pour un enfant plus âgé (entre 9 et 13 ans), la quantité d’eau à boire chaque jour est de 1,3 litre pour les filles et de 1,5 litre pour les garçons.

Pourquoi les enfants sont-ils plus sensibles a la déshydratation ?
Les enfants sont plus exposés à un déséquilibre de la balance hydrique que les adultes pour plusieurs raisons.
Leur rapport surface corporelle/poids est plus élevé aussi les pertes d’eau sont proportionnellement plus importantes via la peau que chez les adultes.
Leur métabolisme énergétique est élevé, car ils sont en pleine croissance.
Leur système de thermorégulation est différent de celui des adultes, car leur corps s’acclimate différemment lors de changement de température notamment lors de la pratique d’un sport.

Une bonne hydratation des écoliers
permettrait à les aider à maintenir
leur attention à l’école.

Par ailleurs, ils n’ont pas toujours le réflexe de boire même quand ils ont soif, sans doute car ils sont trop absorbés par leurs activités. Sans compter que pour accéder à l’eau, les enfants sont généralement dépendants des adultes qui ne sont pas toujours à même de reconnaître les signes de déshydratation.

Quels sont les signes de la déshydratation ?
Une déshydratation légère à modérée (< 2 % du poids corporel) peut s’accompagner de signes et symptômes cliniques tels que la soif, la sécheresse de la bouche, l’insomnie, la fatigue, l’absence ou l’appauvrissement des larmes lors des pleurs, la diminution de la diurèse, une faiblesse musculaire, des céphalées, vertiges ou étourdissements. La présence d’un de ces signes devrait nous amener à nous poser la question suivante : « Mon enfant a-t-il assez bu ? »
Les parents et les enseignants doivent savoir identifier les premiers signes d’une déshydratation légère ou modérée chez l’enfant sain, pour pouvoir agir au mieux et au plus vite. Si un enfant est malade (gastro-entérite aiguë, vomissements, diarrhées, ou si ses apports hydriques sont diminués), il est exposé à une déshydratation plus sévère, qui doit être suivie par un médecin ou un pédiatre.
En clair, je n’attends pas que mon enfant ait soif pour le faire boire. S’il ressent la sensation de soif, c’est que son petit corps a déjà commencé à perdre de l’eau.

De l’eau pour carburer à l’école
En effet, il a été démontré que chez l’adulte une déshydratation modérée peut altérer considérablement les fonctions cognitives à savoir l’état de vigilance, la concentration et la mémoire à court terme. Bien que peu d’études aient été menées en ce qui concerne les enfants, il semblerait qu’une hydratation insuffisante puisse avoir des répercussions sur leurs performances mentales. C’est ce qu’ont démontré deux études menées en Israël et en Sardaigne sur des écoliers âgés de 9 à 12 ans. En effets, les enfants qui étaient déshydratés dès leur arrivée à l’école se sont montrés moins performants lors des tests cognitifs à midi que ceux correctement hydratés, révélant une mémoire auditive, une concentration visuelle et une mémoire à court terme altérées. De même en Grande-Bretagne, des tests ont comparé un groupe d’enfants ayant bu de l’eau de 20 à 45 minutes avant les tests cognitifs et un groupe n’ayant rien consommé, il en est ressorti que l’eau ait eu un effet favorable sur la mémoire, l’attention visuelle et la recherche visuelle.
Reste qu’a l’école, les enfants n’ont pas toujours l’opportunité de bien s’hydrater dans la journée. D’une part, la bouteille d’eau n’est pas autorisée sur le bureau, perçu comme une source de désordre par les enseignants, d’autre part, peu de parents pensent à en mettre une dans le cartable de l’enfant, aller boire aux toilettes limitant l’enthousiasme des enfants.

L’eau a-t-elle un intérêt nutritionnel chez l’enfant ?
En plus de sa fonction principale d’hydratation, l’eau, quand elle est une eau minérale naturelle calcique, peut être également une source importante de calcium, nécessaire à la constitution de la masse osseuse. Il est donc primordial de s’assurer que leurs apports en calcium soient couverts dès leur plus jeune âge afin de réduire les risques éventuels de fractures et de fragilité osseuse après 50 ans. Si les produits laitiers sont la principale source de calcium, les eaux minérales naturelles calciques constituent un complément intéressant en calcium(20). Selon les eaux minérales naturelles la teneur en calcium peut dépasser 400 mg/L. Pour un enfant âgé de 7 à 9 ans, la consommation de 1L d’eau minérale naturelle calcique peut couvrir plus de 50% des apports nutritionnels conseillés. Encore une bonne raison d’apprendre aux enfants à boire de l’eau.

Leur donner le réflexe de boire
Il est important d’aider les enfants à acquérir le réflexe d’hydratation dès le plus jeune âge afin que ces bonnes habitudes perdurent à l’adolescence puis à l’âge adulte. L’objectif étant de les faire boire avant d’avoir soif, de petites quantités d’eau, régulièrement, c’est-à-dire pour une journée d’écolier : avant d’aller à l’école, à la récréation de 10h, lors du déjeuner vers 12h, avant, pendant et après le sport, en rentrant de l’école vers 16-17 h, puis en faisant ses devoirs, au moment du repas du soir, et dans la soirée.
L’eau est la seule boisson indispensable à une bonne hydratation et qui plus est à l’avantage de n’apporter aucune calorie. Mieux, elle limite le surpoids qui menace nos ados, les aidant à maintenir un bon poids. Il est donc important de privilégier l’eau comme première source d’hydratation.

Allez, je leur donne le goût de l’eau ! Et je n’oublies pas de boire, moi non plus.

Plus d’information sur l’hydratation sur le site : www.nestle-waters.fr
Ces icônes sont des liens vers des sites de partage de signet sociaux où les lecteurs peuvent partager et découvrir de nouveaux liens.
  • Twitter
  • Facebook
  • email
mots-clefs :

Laissez un commentaire