Sensationnel, le parapente

avatar

le 18 août 2008

Je m’active


© Mérib’ailes

L’aile accessible à tout audacieux désireux de s’envoyer en l’air.

Lancé dans les années 80 par les parachutistes las de payer des sauts d’avion, ce planeur souple est l’aéronef le plus lent et le plus accessible de l’aéronautique. Sa plage de vitesse oscille entre 25 et 50 km/h. Le record de distance parcourue en France est de 350 km.

Décollage rapide. Assis dans une sellette à 6-8 mètres en dessous de l’aile, le pilote gonfle l’aile en soulevant les bras et court en la tirant par l’arrière afin de l’amener au-dessus de sa tête, court toujours jusqu’à pédaler dans le vide. Ensuite, il se laisse porter par le vent, jouant sur la trajectoire et la vitesse avec les commandes de freins. Le kif est de rester le plus longtemps possible en l’air en s’aidant des thermiques pour remonter.

Où pratiquer ? Idéal le parapente en montagne où les thermiques permettent de voler longtemps. À Méribel qui abrite Jérémie Lager, 22 ans, 3ème aux Championnats d’Europe de parapente en Serbie, on vole été comme hiver. Je commence par un vol-découverte en biplace avec Méribailes. Même à deux, c’est impressionnant. C’est tellement haut et je me sens tellement minuscule dans le vaste ciel ! Le vol dure trente minutes, autant dire une éternité. C’est enivrant, j’y retourne.
Mordu par les sensations aériennes, je réserve un stage de pilotage avec vols radio guidés d’une semaine organisé par le club Valvvf dans la vallée de l’Aure près de Saint-Lary-Soulan dans les Hautes-Pyrénées, du 30 août au 14 septembre. Passionné de plus de 12 ans, je m’inscris.

Ces icônes sont des liens vers des sites de partage de signet sociaux où les lecteurs peuvent partager et découvrir de nouveaux liens.
  • Twitter
  • Facebook
  • email
mots-clefs :

Laissez un commentaire