Éviter crampes et courbatures

avatar

le 1 septembre 2008

Je m’active


© Stefan-Redel-Fotolia - Weleda

3 conseils pour 1 bien-être total : hydratation, étirements et massage.

Les courbatures sont la manifestation que j’ai fait un effort et que les vieilles fibres musculaires se renouvellent, créant une zone inflammatoire donc douloureuse. Il suffit d’une bonne hydratation et d’étirements pour accélérer la récupération.
Les crampes, muscle qui se tétanise, signe qu’il n’est plus élastique, surviennent après un effort intense et peuvent être dues à un manque d’hydratation.

Capital, l’hydratation
Composé de 70 % d’eau, le muscle sollicité se dessèche. Pour éviter crampes et courbatures, il faut le réhydrater en permanence, car en transpirant, on perd des sels minéraux (calcium, magnésium), d’où la contraction musculaire et les signes de fatigue (pâleur, vertiges, essoufflement). Il faut boire de l’eau avant d’avoir soif, peu, par petites gorgées, souvent et régulièrement, soit environ 500 ml par heure et un minimum de 3 à 4 litres par jour, selon l’effort et la transpiration occasionnée, ainsi que la température extérieure.

Complémentaire l’étirement
Un muscle, selon sa structure, est plus ou moins extensible, faisant varier sa souplesse et sa capacité d’étirement. S’étirer après l’effort aide à rééquilibrer les tensions musculaires, certains muscles travaillant plus que d’autres et se trouvant dans un état anormal de tensions. Il permet de récupérer l’amplitude perdue à la suite du travail musculaire exigé pour la réalisation du geste demandé. Sachant que la souplesse du muscle Et bien entendu il faut boire pour rendre plus élastique le muscle.

Régénérant, le massage
Pour limiter la casse, je me masse avant et après la course, d’autant que ça sent bon, je ne me prive pas de ce petit plaisir. J’utilise de l’huile de massage à l’Arnica 100 % naturelle, à base d’arnica anti-bobo, de bouleau favorisant l’élimination des déchets métaboliques responsables des courbatures et d’huiles essentielles de lavande et de romarin au parfum aromatique renforçant ses effets tonifiants et décontractants. Je me frictionne moi-même avant de partir pour soutenir mon échauffement et limiter les contractions musculaires. Au retour, c’est à Jules d’agir, en massages amples et lents, pour accélérer la récupération musculaire et prévenir l’apparition des courbatures (Weleda).

Ces icônes sont des liens vers des sites de partage de signet sociaux où les lecteurs peuvent partager et découvrir de nouveaux liens.
  • Twitter
  • Facebook
  • email
mots-clefs :

Laissez un commentaire