Le poireau primeur nantais

avatar

le 19 mai 2008

Je me nourris bien


© Margarett Skinner/Aprifel

Vert ou blanc, tout est bon… pour me préparer au bikini !

À l’approche de l’été, je détoxifie mon organisme avec de poireau primeur cultivé le long de la Loire. Tendre, au goût puissant et fines fibres, il est bourré de vitamines et de minéraux.
Avec ses feuilles vertes, je prépare ma peau au soleil, contenant 100 fois plus de bétacarotène et 2 fois plus de vitamine C que ses feuilles blanches, et regorgeant de vitamine E. Pauvre en calories, de 30 à 35 g pour 100 g et riche en fibres, le poireau primeur favorise la digestion et l’élimination rénale, et agit tel un coupe faim. Excellent en bouillon, il agit comme un diurétique naturel piégeant les substances néfastes. C’est un véritable buvard à sucres, calories et cholestérol et, chargé en fructosane et en potassium, il lutte efficacement contre la rétention d’eau et les troubles circulatoires.

La bonne idée : Agréable à déguster chaud ou bien frais, le consommé de poireaux mélangé à un jaune d’œuf battu et un jus de citron, servi avec de la coriandre ciselée. Traditionnel, le poireau vinaigrette fait toujours recette.

Ces icônes sont des liens vers des sites de partage de signet sociaux où les lecteurs peuvent partager et découvrir de nouveaux liens.
  • Twitter
  • Facebook
  • email
mots-clefs :

Laissez un commentaire