Éducation canine, viens là !

avatar

le 28 avril 2008

J’aime les animaux


© John Wade

Mon chien refuse de venir quand je l’appelle. À l’aide John !

John Wade, spécialiste du comportement des chiens et des chats, me donne une leçon d’éducation.
Ce qu’il se passe dans sa tête
Le chien qui vient sans hésiter quand on l’appelle est celui qui, le plus souvent, rejoint son maître pour faire un tour. Or l’intention liée au mot « Viens » sous-entend que nous voulons que le chien se déplace du point B au point A, et qu’il obéisse sans restriction, au risque d’avoir un accident. Vers l’âge de 10 à 16 semaines, toutes les races de chiens deviennent plus rapides et plus agiles que les humains. À ce stade, le mot « Viens » peut très bien être associé à un choix et non à un ordre. De plus, « Viens » annonce généralement la fin d’une activité que le chien aime, comme aller au parc ou poursuivre le chat, qui signifierait alors « Fini le bon temps ».
L’attitude à adopter
Pour une consigne aussi importante que le mot « Viens », mon chien doit croire qu’il n’existe pas d’autres choix que de venir. De plus, il me faut égaliser le terrain de jeu entre lui et moi en l’attachant à une laisse que j’ai toujours à portée de main les fois où l’on est ensemble, à l’intérieur comme à l’extérieur. La longueur de la laisse doit être proportionelle à notre vitesse estimative. À l’extérieur, j’utilise une bride servant à l’entraînement des chevaux. Je la lui retire seulement lorsqu’il joue avec d’autres chiens pour éviter qu’ils ne s’enmêlent.
Les réflexes à acquérir
Ainsi, je n’abolis pas sa liberté, je le dirige avec vigilance pour l’empêcher de faire des erreurs. Le plus difficile est d’oublier les vieilles habitudes et de ne jamais dire au chien « Viens » avant que j’ai pris la laisse en main. Je pense également à introduire la consigne dans le cadre d’activités quotidiennes qu’il aime faire. Par exemple, pour sortir et revenir à la maison, comme monter dans la voiture ou en descendre, je prends la laisse et je la positionne d’un côté de l’embrasure de la porte, le chien de l’autre côté. J’apprends à mon chien à attendre au bas ou au sommet de l’escalier toutes les fois que j’en prends un, puis je l’invite à me suivre en lui disant « Viens ».

Ces icônes sont des liens vers des sites de partage de signet sociaux où les lecteurs peuvent partager et découvrir de nouveaux liens.
  • Twitter
  • Facebook
  • email
mots-clefs :

Laissez un commentaire